L’IT va-t-elle sauver la planète ?

5 min
25
0
0
Publié le

Ce n’est un secret pour personne, la planète est en danger. La pollution, la déforestation, l’épuisement de ressources non renouvelables et les multiples destructions menacent notre survie et celles de toutes les espèces vivant sur terre. Ces impacts environnementaux proviennent directement des activités humaines, dont celles liées à la technologie et à l’informatique. Le secteur du numérique représente 4 % des émissions de gaz à effet de serre mondiale, soit plus que l’aviation ! Pourtant, ce même numérique est de plus en plus considéré comme l’une des meilleures alternatives pour adopter des process et méthodologies plus durables et respectueux de l’environnement. Les technologies pourraient notamment nous aider à mieux gérer nos ressources naturelles et à en utiliser de nouvelles, plus vertes et renouvelables.

Alors l’IT va-t-elle sauver la planète ? Découvrez-le dans cet article.

La blockchain pour rendre le monde meilleur !

La blockchain a été développée originellement pour permettre les échanges de Bitcoin. Cette technologie de stockage et de transmission d’informations décentralisée permet de stocker des transactions sous forme de blocs. Ces blocs sont ensuite validés par des nœuds (ordinateurs) présents sur le réseau. Des techniques de cryptographie et des jetons assurent la sécurité et l’authenticité des échanges.

La blockchain et les monnaies virtuelles sont populaires, car elles permettent d’échanger des actifs indépendamment des systèmes financiers, sans frais et de manière sécurisée. Mais les cryptoactifs font aussi de plus en plus parler d’eux à cause de leurs impacts environnementaux. Bien que le calcul soit complexe, les experts estiment que l’empreinte écologique d’un bitcoin équivaut à 168,9 tonnes de CO2 soit l’équivalent de 90 vols entre Paris et New York.

Difficile face à ces chiffres de croire que les technologies des cryptomonnaies puissent sauver la planète. Pourtant, selon plusieurs experts et organisations, le fonctionnement de la blockchain pourrait bouleverser tous les domaines depuis les marchés financiers jusqu’aux secteurs de l’énergie en passant par la gestion de la chaîne d’approvisionnement.

Les progrès apportés par cette nouvelle technologie devraient contribuer à rendre le monde meilleur, voire à sauver la planète…

Selon un rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), la technologie de registre décentralisée de la blockchain apporte déjà des améliorations significatives en permettant aux créateurs de projets d’énergie renouvelable et à leurs acheteurs ou investisseurs d’échanger plus facilement. Par exemple, la startup d’énergie renouvelable Sun Exchange, basée en Afrique du Sud, permet à tous les internautes d’acheter des panneaux solaires en ligne puis de les louer à des hôpitaux, écoles, et entreprises en Afrique. Les paiements transfrontaliers se font facilement et de manière sécurisée grâce à la blockchain.

Cette technologie peut également rendre les chaînes d’approvisionnement et production plus respectueuses de l’environnement. La blockchain donne la possibilité de suivre les produits et denrées de manière transparente afin de prévenir l’inefficacité et le gaspillage. En parallèle, elle aide les consommateurs à mieux comprendre comment les produits ont été fabriqués et expédiés. 

L’intelligence artificielle pour résoudre la crise alimentaire

L’intelligence artificielle (IA) est aussi une source d’inquiétude à cause de ses impacts environnementaux. D’après des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology), l’entraînement d’un modèle d’IA peut générer environ 282 tonnes d’équivalent CO2 ! Pourtant là aussi cette technologie pourrait bien être indispensable pour nous sauver…

L’accélération du changement climatique, la pandémie mondiale, les différents conflits fragilisent fortement les chaînes d’approvisionnement et accentuent ainsi dramatiquement la crise alimentaire mondiale. Mais d’ici 2027, les principaux fabricants d’aliments et d’autres biens de consommation auront la possibilité d’utiliser des chaînes d’approvisionnement basées sur l’IA afin de mieux anticiper les perturbations futures.

Avec l’apport du big data et des algorithmes intelligents, les entreprises disposeront d’informations avancées sur l’impact des futurs événements ce qui leur laissera davantage de temps pour trouver des alternatives.

Les algorithmes sont en effet de plus en plus capables : 

  • de prédire les conditions météorologiques ; 

  • d’identifier les vulnérabilités de la chaîne d’approvisionnement (manque de main d’œuvre, incidents sur les voies de transports, etc.)

  • de prévoir les pics de demandes.

L’apport de l’IA dans la chaîne d’approvisionnement permettra ainsi aux entreprises de passer de réponses réactives à des actions proactives, et de favoriser une meilleure répartition de la nourriture et des denrées dans le monde entier.

Les nouvelles technologies pour surveiller les écosystèmes naturels

Les nouvelles technologies et l’IT pourraient jouer un rôle fondamental dans la préservation des écosystèmes naturels. Par exemple, pour atteindre l’objectif des Nations Unies de maintenir le réchauffement climatique en dessous de +1,5 °C, de multiples projets de capture de CO2 basés sur le développement de forêts et de terres agricoles ont été lancés.

Cependant, pour déterminer l’impact de ces solutions, il faut pouvoir mesurer efficacement des données complexes telles que la biomasse, le diamètre de troncs ou la composition des sols. Ces informations sont indispensables pour quantifier avec précision le potentiel de stockage de carbone des plantes, mais les récolter manuellement est très complexe et coûteux.

Les nouvelles technologies peuvent répondre à ce besoin accru de transparence grâce notamment :

  • à l’imagerie satellitaire ;

  • aux lasers à haute résolution ;

  • aux capteurs optiques et systèmes de positionnement des smartphones ;

  • aux puces RFID ;

  • à l’IIoT.

Ces sources de données, combinées au traitement des data par les algorithmes d’IA permettront de surveiller et d’évaluer avec précision l’état de santé des écosystèmes naturels et leur potentiel de séquestration du carbone.

Pour préserver l’environnement et bien qu’elle reste incontournable, la low-tech n’est donc peut-être pas la seule voie… L’IT et le high-tech peuvent venir en complément pour optimiser, automatiser et créer des alternatives plus durables.

Qu’en pensez-vous ? La technologie et l’IT vont-elles sauver la planète où faut-il privilégier la low-tech ? Partagez-nous vos avis en commentaires ou sur le forum Free-Work !


Sources et liens utiles :

Comment la technologie nous aide à restaurer la planète Terre.

Les technologies numériques peuvent rendre le monde réel plus vivable et durable.

Chez Time for the Planet, croit-on que la technologie va sauver la planète ?

L’impact écologique du Bitcoin.

Comment la blockchain va sauver le monde.

L’impact environnemental de l’IA.

Boostez votre carrière

Les meilleures offres d’emploi sont chez Free-Work

Notre CVthèque est la première source de recherche de talents pour + 1 000 entreprises. Déposez votre CV et postulez en un clic !

Continuez votre lecture autour des sujets :
# Green IT

Commentaire

Dans la même catégorie