Comment négocier un départ rapide après une démission ?

5 min
2 552
1
0
Publié le

Lorsque vous êtes en CDI et que vous voulez vous lancer dans un nouveau projet, il est tentant de vouloir partir rapidement de son ancien poste. Indépendamment de la voie qui suit (freelance ou salarié), vous avez une sensation d'empressement pour quitter votre ancienne activité. Même si le mieux est de vivre chaque étape à son rythme et de prendre le temps de vivre chaque transition, il est possible de négocier un départ rapide après une démission. Autrement dit, votre employeur peut raccourcir la durée établie par contrat ou par convention collective de votre préavis. Toutefois, il existe certaines bonnes pratiques à suivre afin de préserver les bonnes relations avec votre ancien employeur. Découvrez dans cet article quelques astuces pour un départ en accéléré après une démission.

Le préavis de départ est une obligation légale

Selon le Code du travail, vous avez des obligations vis-à-vis de votre employeur, et vice-versa. En effet, vous ne pouvez pas prétendre démissionner et partir aussitôt. Normalement, vous devez respecter un délai de préavis. C'est une période qui va d'un mois à trois mois, en fonction de votre type de contrat et de vos conditions. En général, pour un cadre, le préavis est établi à trois mois, alors qu'un simple employé doit prévenir avec deux mois d'avance. Pour être sûr de vos obligations, relisez votre contrat et la convention collective. En respectant les règles, ce sera plus facile de négocier par la suite !

Partir sans préavis est une très mauvaise idée

Tout d'abord, du point de vue éthique, c'est un mauvais comportement. Même si votre employeur a été odieux dans le passé, ce n'est pas pour autant que vous êtes dispensé de respecter les obligations. Si jamais vous tentez de partir faire de préavis, votre patron peut exiger un remboursement des mois non travaillés. En partant sans son accord, il peut saisir le tribunal de justice. En effet, le contrat signé engage aussi bien l'employeur que l'employé. Si vous devez partir plus tôt de votre entreprise, trouvez un accord qui arrange les deux parties. En cas d'urgence, prévoyez que vous devrez peut-être indemniser votre employeur. Cela reste une porte de sortie tout à fait valable et que vous pouvez comptabiliser dans votre budget de lancement d'activité.

Négocier le délai de préavis avec votre employeur

Si vous ne devez pas imposer un départ avant l'heure, rien ne vous empêche de négocier une réduction voire une suppression du préavis. Commencez par en parler à votre employeur, même avant d'envoyer toute lettre de démission. En expliquant la situation à votre employeur au plus tôt, vous montrez que vous êtes conscients qu'il s'agit d'une situation hors norme. Plus vous vous anticipez, plus votre employeur prendra en compte la demande. Il n'est pas obligé d'accepter vos conditions, mais c'est un début de négociation ! Au moment où vous arrivez à un accord, formalisez l'échange avec un document écrit qui sera une garantie en cas de problème futur. Votre activité cessera donc le jour accordé entre vous et votre employeur. En revanche, ce dernier ne sera pas obligé de vous verser le salaire des jours non effectués : c'est la dispense de préavis.

Utiliser des RTT ou des heures pour recherche d'emploi

Dans certains cas, les employés ont droit à 2 heures journalières pour dédier à la recherche d'emploi, lorsqu'ils démissionnent. Ces heures sont à utiliser pendant la période de préavis. Toutefois, il est possible de négocier une déduction des heures du préavis total. Cela vous fera gagner quelques jours voire quelques semaines. Bien sûr, vous n'aurez pas le droit de les utiliser après ! Si vous vous lancez dans votre activité freelance, cela peut vous être indifférent, même si vous pouvez en faire usage pour vos premiers rendez-vous clients.

Contrairement aux congés payés, vous pouvez comptabiliser vos RTT pour réduire le délai du préavis. Cela vous fera gagner encore quelques jours.

Sélectionner et former un remplaçant

Pour dynamiser le processus et vous donner plus d'arguments pour négocier, proposez un remplaçant à votre patron. Votre rôle sera de participer à son recrutement et de l'intégrer à la structure de l'entreprise. Souvent, ces processus de sélection en circuit réduit sont plus agiles. En quelques semaines, vous pourrez éventuellement laisser place à votre successeur et entamer votre nouveau projet freelance. Pour cela, il faut avoir une certaine ancienneté dans votre entreprise et que votre employeur ait une grande confiance en vous.

Passer en temps partiel pendant le préavis

Si votre rôle est fondamental au développement de votre entreprise et que votre employeur n'est pas prêt de raccourcir votre préavis, proposez-lui de passer à temps partiel. Cela arrange tout le monde puisque votre ancien employeur et le nouveau comptent avec votre présence. Si vous vous lancez en indépendant, vous aurez aussi le temps de gérer la transition de statut. Cette modalité dure jusqu'à la fin du préavis. Du point de vue de l'image professionnelle, cela montre que vous tenez vos engagements vis-à-vis de tout le monde. Pour votre ancien employeur, c'est un excellent moyen d'économiser de l'argent puisqu'il n'a qu'à payer un demi-salaire.

Ne pas respecter le préavis peut être sanctionné

En effet, ne respectez pas votre préavis peut être à l'origine d'une pénalité. Sans l'accord de votre patron, celui-ci pourra saisir les prud’hommes et vous demander de verser une indemnité. Elle correspondra aux jours que vous n'aurez pas travaillés jusqu'à la fin du contrat. Cette démarche est d'autant plus intéressante pour l'employeur lorsque le montant est conséquent. Pour éviter ce reproche, de nombreuses personnes se mettent en arrêt maladie, ce qui permet à l'employé de ne pas se rendre au travail. Toutefois, en cas de contre-visite médicale, l'employé ne bénéficiera plus des indemnités journalières.

L'importance de rester en bons termes avec votre entreprise

Personne ne sait de quoi est fait l'avenir. Essayez de rester en bons termes avec votre ancien employeur. Vous ne savez pas quand ni dans quelles circonstances vous serez amené à le recroiser dans le futur. Vous ignorez son réseau de contacts et peut-être qu'il connaît vos futurs prospects. Il vaut mieux garder son intégrité et une image professionnelle irréprochable.  

 

N'hésitez pas à partager vos conseils et expériences, ou poser vos questions sur notre forum IT. La communauté Free-Work se fera un plaisir de vous répondre !

Boostez votre carrière

Les meilleures offres d’emploi sont chez Free-Work

Notre CVthèque est la première source de recherche de talents pour + 1 000 entreprises. Déposez votre CV et postulez en un clic !

Continuez votre lecture autour des sujets :
# RH
# Recrutement

Commentaire

Dans la même catégorie