Freelance IT : quel est le meilleur statut pour développer son activité ?

6 min
100
0
0
Publié le

Près de 30 % des salariés envisagent de se lancer dans une activité freelance indépendante. Cette tendance est encore plus marquée dans l’IT où les développeurs, consultants, administrateurs, ingénieurs, etc. sont chaque mois plus nombreux à vouloir devenir indépendant. Leurs motivations principales sont d’avoir plus de flexibilité, plus de choix dans leur mission et une meilleure rémunération.

Cependant, bon nombre d’entre eux hésitent à franchir le pas, par peur de faire une erreur ou par manque de temps pour s’informer sur les statuts. Les obligations légales, fiscales et les démarches administratives sont très spécifiques pour les micro-entreprises, SASU, EURL, etc., et beaucoup de futurs freelances IT s’interrogent aussi sur le portage salarial.

Alors, pour vous aider à vous lancer en tant que freelance IT, voici les principales différences entre les statuts juridiques et nos conseils pour faire le meilleur choix !

Les différents statuts juridiques pour devenir freelance 

L’Entreprise Individuelle (ex-EIRL)

L’entreprise Individuelle est un statut assez méconnu. L’EI est avant tout une forme juridique qui regroupait jusqu’en mai 2022 les micro-entreprises et les EIRL. Désormais, le statut d’EIRL a disparu pour laisser la place à un statut unique : l’EI pour Entrepreneur Individuel.

Ce statut se caractérise par : 

  • aucun apport nécessaire pour la création ;

  • une création rapide directement en ligne ;

  • une imposition des bénéfices à l’IR (avec option pour l’IS) ;

  • un régime réel simplifié en dessous d’un certain seuil de CA (818 000 euros pour les ventes, 247 000 euros pour les prestations de services) ;

  • une comptabilité avancée (livre de comptes, bilan et compte de résultat annuels) ;

  • la possibilité de bénéficier du régime fiscal de la micro-entreprise ;

  • une protection automatique du patrimoine personnel.

La micro-entreprise

La micro-entreprise, parfois appelée auto-entreprise, est juridiquement une entreprise individuelle avec des obligations comptables et fiscales simplifiées (elle correspond au cumul du régime micro-fiscal et du régime micro-social).

Ses principales caractéristiques sont : 

  • une création rapide et gratuite ;

  • une gestion administrative accessible à tous sans difficulté ;

  • des obligations comptables simplifiées (tenue d’une facturation et d’un cahier des recettes) ;

  • des cotisations sociales calculées sur le chiffre d’affaires ;

  • pas d’apport minimum obligatoire ;

  • une séparation du patrimoine personnel et professionnel ;

  • la possibilité d’utiliser un compte bancaire personnel pour son activité (jusqu’à 10 000 € d’encaissements) ;

  • un plafond de chiffre d’affaires maximal (176 200 € pour la vente de marchandises et 72 600 € pour les prestations de services) ; 

  • pas de TVA en dessous d’un seuil de chiffres d’affaires (85 800 € pour les ventes de marchandises et 34 400 € pour les prestations de service) ;

  • un chiffre d’affaires soumis à l’impôt sur le revenu (IR) ;

  • pas de dénomination sociale (la micro-entreprise porte votre nom avec la mention « EI » sauf si vous choisissez volontairement une dénomination commerciale) ;

  • 3 types d’activité possibles : commerciales, artisanales et libérales.

L’EURL

L’EURL est une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée. Elle est l’équivalent d’une SARL, sauf qu’elle n’a qu’un seul et unique gérant. Ses autres caractéristiques principales sont :

  • une personnalité juridique pour l’entreprise (personne morale) ;

  • une protection automatique du patrimoine personnel de l’indépendant ;

  • une responsabilité financière corrélée au montant des apports ;

  • aucun capital social requis ;

  • des obligations comptables et fiscales qui nécessitent souvent de faire appel à un cabinet de comptabilité ;

  • une création et une constitution assez contraignantes avec des procédures restrictives ;

  • le choix entre le régime de l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés ;

  • un passage de l’EURL à la SARL simplifié.

La SASU

La SASU est une Société par Action Simplifiée Unipersonnelle ouverte à toute personne physique ou morale. C’est donc une SAS à un seul associé.

Ses caractéristiques majeures sont :

  • la possibilité pour le gérant d’avoir un statut d’assimilé salarié avec des droits sociaux s’il se verse une rémunération (avec fiche de paie) ;

  • des règles d’organisation et un montant du capital social qui est défini par l’associé unique (il peut être d’un euro) ;

  • des démarches de création plus complexes (rédaction de statuts, publication au journal des annonces légales, etc.) qui impliquent souvent l’accompagnement d’un expert ;

  • une comptabilité également plus compliquée qui peut nécessiter le recours à un expert-comptable ;

  • une dénomination sociale ;

  • une protection du patrimoine personnel de l’indépendant ;

  • la possibilité de se verser des dividendes ; 

  • une imposition à l’impôt sur les sociétés (ou sur option à l’IR) ;

  • la faculté de passer de SASU à SAS facilement (par une ouverture de capital).

Devenir freelance IT avec le portage salarial

De nombreux freelances IT se posent également la question du portage salarial pour se lancer. En passant par une société de portage, ils peuvent se lancer en tant que freelance IT tout en bénéficiant du statut protecteur de salarié (droits retraite, chômage, maladie, etc) ainsi que :

  • d’une plus grande liberté professionnelle dans le choix de leurs missions, clients et temps de travail ;

  • d’un allégement administratif, la société de portage s’occupe de la rédaction des contrats, de la facturation, des relances ;

  • d’avantages supplémentaires liés aux salariés (comité d’entreprise, congés, etc.)

  • du choix de lisser leur rémunération sur l’année (avec souvent des paiements à l’avance de la société de portage) ;

  • de la possibilité de signer un CDI ou CDD avec la société de portage ainsi que de fiches de paie qui donnent plus d’accès aux locations, crédits, etc.

En contrepartie, la société de portage prélève une commission sur tous les encaissements du freelance IT.

Quel est le meilleur statut de freelance en fonction de votre situation ?

Le chiffre d’affaires prévu

Plusieurs statuts d’entreprises sont accessibles uniquement en dessous d’un seuil maximum de chiffres d’affaires.

Par exemple, si votre étude de marché ou business plan révèle que vous allez dépasser les 72 600 € en prestation de services, la micro-entreprise ne sera pas adaptée à votre activité.

Vous pouvez également utiliser les simulateurs de l’URSSAF pour estimer le montant de vos cotisations sociales et de votre imposition. 

La protection du freelance IT

Si vous souhaitez vous lancer en tout en restant affilié au régime général de la sécurité sociale, optez pour le statut de :

  • président rémunéré d’une SASU, d’une SA ou d’une SAS ;

  • associé non-gérant d’une SARL avec un contrat de travail ;

  • gérant non associé d’une EURL.

Pour les autres statuts, vous êtes affilié à la sécurité sociale des indépendants (SSI) et devrez souvent recourir à des organismes privés, des mutuelles et prévoyances pour vous protéger en cas de pertes d’activité ou pour vous constituer un capital retraite plus important.

La maturité de votre projet

Si vous souhaitez tester l’indépendance sur une première mission avant de vous lancer définitivement en tant que freelance IT, optez pour le portage salarial qui ne demande pas de démarches administratives. Vous pouvez aussi expérimenter votre activité en ouvrant une micro-entreprise. La déclaration peut se faire très facilement et rapidement en ligne.

La rémunération

Pour vous verser un salaire, opter pour le portage salarial, la SASU ou l’EURL. Dans les autres régimes et notamment la micro-entreprise, votre rémunération est liée directement à votre chiffre d’affaires, minorée d’un abattement pour les impôts et organismes comme Pôle Emploi.

Si vous prévoyez une croissance importante et que vous souhaitez percevoir des dividendes, privilégiez également l’EURL.


Il est difficile de dire avec exactitude qu’un statut est mieux qu’un autre pour se lancer en tant que freelance IT. Le choix dépend surtout de votre projet, votre ambition et vos perspectives de réussite. Pour obtenir plus d’informations sur les différents types d’entreprises et surtout bénéficier de l’expérience de freelances IT en activité, n’hésitez pas à vous rendre sur notre forum IT. Vous y retrouverez une importante communauté de freelances informatiques prêts à vous conseiller ! 


Autres articles à consulter autour du freelancing : 

Freelanceuse : quelle place dans l’informatique ?

Pourquoi et comment devenir freelance dans l'informatique ?

Freelance For Good : des missions qui ont du sens, mais à quel prix ?

Sources et liens utiles : 

Comparatif des statuts juridiques par le BDM 

www.legalplace.fr

www.legalstart.fr

Boostez votre carrière

Les meilleures offres d’emploi sont chez Free-Work

Notre CVthèque est la première source de recherche de talents pour + 1 000 entreprises. Déposez votre CV et postulez en un clic !

Commentaire

Dans la même catégorie