Freelance For Good : des missions qui ont du sens, mais à quel prix ?

5 min
72
1
0
Mis à jour

Une récente étude partagée par la plateforme Malt illustre bien ce constat : “59% ne vont pas prendre une mission si le client ne correspond pas à leurs attentes en terme de diversité et d’inclusion”. Pour peu que vous soyez compétent(e) dans votre domaine, l'un est des grands avantages du freelancing est de pouvoir choisir vos clients. Et par choisir, on entend : identifier des clients et des missions en phase avec vos valeurs et vos convictions

Être freelance et se sentir utile : le témoignage de Xavier, développeur

Des freelances "utiles", ça existe ? Ce n'est pas nous qui vous dirons le contraire !

Xavier, 34 ans, a réussi à allier ses convictions, ses valeurs et son métier. Il témoigne :

“Je suis développeur full stack depuis 10 ans, j’ai eu un parcours assez classique avec une école d’ingénieur puis j’ai travaillé dans des grandes banques et assurances.

Il y a 5 ans, j’en ai eu un peu marre de ce système donc je me suis dirigé vers des start-ups mais malheureusement toujours dans le domaine de l’assurance. Avec mon profil, c’est ce que je trouvais facilement.

Puis j’ai décidé de chercher des missions un peu plus en accord avec mes valeurs, je me suis tourné vers l’Économie Sociale et Solidaire et donc Social Declik. J’ai été pendant 6 mois, formateur pour une association qui aide les personnes exclues du numérique à devenir développeur. Aujourd’hui je travaille pour l’association Collectif Mentorat et pour des projets du gouvernement comme la plateforme Santé Psy Etudiant.

Cet exemple ne constitue pas un cas isolé. Au contraire, de plus en plus de freelances mettent leurs compétences à profit de causes ou de valeurs qui leur tiennent à coeur.

Mission solidaire, prestation à pas cher ?

Sur le principe, allier freelancing et bonne cause semble plutôt alléchant. Avant de se lancer, il convient tout de même d'avoir conscience que les structures à impact positif disposent généralement de moins de moyens que les clients traditionnels.

"J’ai tendance à faire plus de concession en termes de prix quand c’est un projet “for good”, et pourtant je me retrouve confronté aux mêmes problèmes qu’avec un client classique", relate un freelance du collectif Social Declik.

À l'instar de cette personne, certains freelances sont tentés de baisser leur TJM (taux journalier moyen) en vue de décrocher une mission auprès d'une structure vertueuse. 

Mais pour remplir un besoin d’utilité en accompagnant ces structures, les freelances peuvent être tentés de faire des efforts sur leur TJM (taux journalier moyen).

Ne serait-ce pas une fausse bonne idée ? 

Le retour d’expérience des Freelances For Good s’étant essayés à cet exercice est plutôt négatif :

  • Les clients qui ont beaucoup tiré sur la corde niveau prix sont souvent ceux qui “traitent” moins bien leurs prestataires, qu’ils soient à impact ou non

  • La considération sur le travail réalisé semble moindre

  • Le message passé sur la valeur de la prestation est mauvais et cette pratique tire les TJ vers le bas

Bref, TROP baisser son prix semble être une mauvaise idée tant pour soi que pour ses pairs.

5 conseils pour fixer un prix abordable pour les structures engagées

Fort de ce bilan, voici quelques conseils pour trouver le prix abordable pour les structures à impact et acceptable pour le freelance.

1/ Quel que soit le geste commercial qui sera pratiqué, on affiche toujours son TJM de référence

= taux journalier moyen habituellement pratiqué auprès des clients, et fixé en fonction du métier, du niveau d’expérience et parfois de la localisation géographique.

2/ La négociation ne doit pas porter sur le TJM (= soit la valeur) mais sur le reste

Si le budget du client est en dessous de la proposition commerciale, on peut réduire le périmètre de la mission ou proposer d'offrir une journée de bénévolat en complément.

3/ L'effort commercial ne doit pas excédée 15% à 20%

Nous vous déconseillons de de proposer des remises de plus de 20% sur votre TJM habituel. Une fois votre "tarif solidaire" déterminé, vous pourrez le mentionner sur vos différents supports de communication. Cela augmentera peut-être vos chances de décrocher une mission à impact positif avec une structure engagée.

4/ Faire une mission en bénévolat ou mécénat de compétences ?

Très bonne idée, mais le cadre doit être clair. Sauf à ce qu'il s'agisse d'une petite mission et que cela n’entrave pas votre équilibre financier, transformer une mission complète qu’on pensait facturer en bénévolat n'est pas recommandé. On peut participer à des initiatives bénévoles (Hackathon, challenge, audit, coup de pouces) et/ou se fixer un nombre de jours/mois à réaliser en mécénat pour répondre à sa quête de sens et d’impact ou encore offrir quelques jours pour rentrer dans le budget de son client. Il convient de le faire en calculant au préalable la charge de travail "tenable" gratuitement. Même si la cause est louable, il ne s'agit évidemment pas de vous engagez au détriment de votre sécurité financière.

5/ On adapte sa charge en fonction du budget.

Certains Freelances For Good font preuve de flexibilité avec leurs clients sur la charge pour s’adapter aux moyens. Un peu comme une “Régie” revue tous les mois. Cette flexibilité est vraiment appréciée par les clients à impact, qui globalement, ont des moyens plus limités que les structures traditionnelles. Pour certaines missions, comme le Community Management, cela s’y prête plutôt bien.

Bonus : 2 stratégie de pricing à tester

Le prix libre

Et si c’était la meilleure manière de fixer le juste prix ? Audacieux, mais certains l’ont déjà fait. Il faut faire preuve de pédagogie pour donner des pistes à son client. Voici un retour d’expérience intéressant sur le sujet, avec en bonus la réflexion sur les motivations à pratiquer le prix libre.

Le don pour dire merci

Si la mission s’est bien passée, qu’elle a été rémunérée correctement et que la cause de la structure vous tient à coeur, pourquoi ne pas lui faire un don à l’issue de la prestation ? Cela permet de témoigner de votre soutien au projet tout en signifiant le plaisir que vous avez eu à travailler avec les équipes !

 

Si ces sujets vous inspirent et que vous aimeriez avoir plus d’impact à travers votre activité freelance : n'hésitez pas à vous inscrire au prochain webinar Social Declik pour découvrir les 5 étapes clés pour trouver des missions à impact.

Et vous, avez-vous déjà réalisé des missions porteuses de sens ? Avez-vous le sentiment que votre travail est en adéquation avec vos valeurs ? Partagez vos expériences sur le forum IT Free Work !

 

  

À propos de Social Declik

Social Declik est une entreprise qui aide les freelances à donner plus de sens à leurs missions. Pour ce faire, les fondatrices Charlotte et Coline misent sur un programme d'accompagnement, un collectif d'entraide, et la mise en relation de freelances avec des structures œuvrant autour d'enjeux sociaux et environnementaux.

Boostez votre carrière

Les meilleures offres d’emploi sont chez Free-Work

Notre CVthèque est la première source de recherche de talents pour + 1 000 entreprises. Déposez votre CV et postulez en un clic !

Continuez votre lecture autour des sujets :
# Indépendant
# Freelance

Commentaire

Dans la même catégorie