Portrait : Laura, développeuse informatique et rédactrice web SEO

5 min
73
3
0
Publié le

Développeuse informatique et rédactrice web SEO en freelance, Laura Pouget produit régulièrement des contenus pour le blog et le forum Free Work. La qualité de son travail et la singularité de son parcours nous ont donné envie de vous la présenter. Dans cette interview, elle revient sur son parcours, les raisons qui l'ont poussée à se tourner vers le freelancing et livre quelques conseils à celles et ceux qui aimeraient se lancer à leur tour. 

  

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour ! Je m’appelle Laura, j’ai 34 ans et je suis développeuse informatique (.Net) depuis une dizaine d’années. J’ai travaillé avec des SSII et des administrations avant de me lancer en 2020 en tant que freelance. Je suis également intégratrice Wordpress et rédactrice web SEO depuis près de 2 ans.

Quel est ton job chez Free-Work ?

Je rédige principalement les articles du blog Free-Work orientés Tech et IT. Dans ces domaines, tout va très vite ! Que ce soit au niveau des technos, des langages ou du marché, les évolutions sont permanentes. Ces articles me permettent de réaliser et de partager une veille technologique sur toutes ces évolutions et de répondre aux questions courantes de la vie des freelances IT.

Je participe aussi régulièrement aux discussions sur le forum, mais autant à titre personnel que professionnel ! Cet espace d’échange est une vraie mine d’informations avec les témoignages et retours d’expériences de freelances IT aux parcours et compétences très diversifiés.

Pourquoi es-tu devenue freelance ?

Comme beaucoup, je pense que mon passage au freelancing provient d’un mélange d’envie et d’opportunité.
Au cours de ma carrière salariée, j’ai pu évoluer sur des postes d’encadrement et de gestion de projet. Je suivais également depuis plusieurs années les travaux de l’ADEME et du Green IT sur la sobriété numérique et l’informatique durable, 2 sujets qui me tiennent particulièrement à cœur.  

Début 2020, j’ai créé mon agence de création de sites écoresponsables. 3 mois plus tard le premier confinement débutait, et avec lui les demandes croissantes des commerçants et professionnels pour développer leur visibilité et leur activité en ligne. Pour répondre à ces besoins, je me suis orientée vers le développement web et ai complété mon parcours d’une formation en rédaction web SEO afin de les aider à gagner en visibilité sur la toile.

Être freelance, c’est aussi avoir le confort de choisir ses missions et ses horaires et de travailler (majoritairement) depuis chez soi, même si au final je crois que je travaille encore plus que quand j’étais salarié. Mais le challenge, l’autonomie et la variété des projets sont vraiment stimulants !

Comment est-ce que tu trouves tes clients ?

Au départ, j’ai créé un site pour présenter mes activités, mais ça n’est pas forcément utile surtout que depuis que je suis en activité, j’ai peu de temps pour l’alimenter et l’optimiser. Je me suis aussi inscrite sur des plateformes de freelance, mais sans grand succès. Les prix tirés vers le bas et la concurrence ne m’ont jamais permis de décrocher des projets rentables.

Finalement, ce qui a le mieux fonctionné pour moi est de mettre à jour et de travailler mon profil LinkedIn et de m’inscrire sur les jobboards comme celui de Free-Work. Cela m’a permis de faire « tourner » mon profil auprès des ESN et clients de ma région.

Après près d’un an d’activité, le bouche-à-oreille fonctionne aussi très bien !

Est-ce que la transition salariée VS freelance t’a fait peur ?

J’ai eu la possibilité de partir avec une rupture conventionnelle, ce qui m’a permis d’ouvrir mes droits chômages et ainsi d’avoir un solide filet de sécurité pour me lancer. Sans cela, je pense que j’aurais également tenté l’aventure, mais en prospectant beaucoup plus en amont pour assurer mes premières missions ou alors je serais dans un premier temps passé par une société de portage.

Je pense que la première crainte quand on se lance en freelance est de ne pas trouver de clients. Mais l’IT est un marché très porteur autant en tant qu’indépendant qu’en tant que salarié et la demande reste encore très forte.

J’appréhendais également l’isolement et le fait de ne plus travailler en équipe, mais il existe de nombreuses communautés et forums sur la toile ainsi que des événements en réel (meet up par exemple) qui permettent d’échanger avec d’autres freelances et de se constituer un réseau.

As-tu des conseils à donner aux personnes qui se lancent dans le freelancing ?

D’abord, de bien réfléchir à leur projet et aux différences entre les responsabilités d’un freelance et celles d’un salarié. Mes clients attendent de moi que je sois force de proposition, que je les conseille et gère les projets en autonomie. C’est très formateur, mais aussi exigeant !
De manière générale, je conseillerais donc d’attendre d’avoir quelques années d’expérience avant de se lancer dans le freelancing.

Sur le plan légal et juridique, bien réfléchir également à la structure que l’on va créer (SASU, micro, EURL, etc.). Les différences au niveau comptable et juridique sont importantes. Le statut de freelance est réputé « plus précaire » que celui de salarié. Échanger sur le forum et prendre toutes les informations en amont (Acre, Arce, prévoyance, assurance, définition du TJM, etc.) permettent de se lancer dans les meilleures conditions ! 

  

 

Le portrait de Laura vous a plu ? Vous aussi, témoignez de vos expériences et partagez vos conseils sur le forum IT Free Work !

Boostez votre carrière

Les meilleures offres d’emploi sont chez Free-Work

Notre CVthèque est la première source de recherche de talents pour + 1 000 entreprises. Déposez votre CV et postulez en un clic !

Continuez votre lecture autour des sujets :
# Métier
# Freelance
# Indépendant
# Conseils

Commentaire

Dans la même catégorie