Des communautés pour les développeuses

4 min
123
1
1
Publié le

En France, les femmes développeuses sont toujours en minorité. C’est également le même constat dans le monde et l’étude réalisée par l’INSEE en 2017 souligne que 17 % des postes en développement et en programmation informatique sont occupés par les femmes sur le territoire français. Même constat au niveau des écoles d’informatique avec un faible taux de participation des femmes. Afin de trouver plus facilement leur place dans ce monde numérique, des communautés se créent afin d’aider les femmes à s’imposer dans ce monde encore trop masculin.

 

Des barrières trop présentes

De nos jours, certains préjugés ont encore la vie dure. Comme le fait que si les femmes sont sous représentées dans le monde de l’IT, c’est tout simplement pour des différences biologiques selon de nombreux hommes.

De multiples femmes se plaignent également du comportement de leurs collègues masculins, victimes de sexisme à répétition. Nombreux sont les témoignages de femmes se faisant siffler parce qu’elles viennent au travail en jupe ou bien des remarques du type « si vous êtes présente dans l’entreprise c’est simplement parce que vous êtes une femme ». Résultat, une ambiance toxique commence à s’installer et il est difficile pour la gent féminine de trouver sa place. Les développeuses n’échappent bien évidemment pas à cette règle et les harcèlements sont malheureusement monnaie courante dans leur carrière professionnelle.

Ces comportements sont également accentués par le fait que la femme reste souvent la seule personne féminine dans une équipe exclusivement composée d’hommes.

Autre problème sociétal, le fait que les femmes ont une vie de famille à gérer. Dans un monde professionnel ou les 35 heures par semaine sont souvent dépassées, il n’est pas rare que des réunions soient organisées après les heures conventionnelles de travail. Cependant, ces horaires sont toujours difficiles à accepter pour les femmes lorsqu’elles doivent gérer une vie de famille. Dans ce cas-là, il ne s’agit pas directement d’un problème professionnel mais plutôt sociétal, car il est parfois bon que leurs partenaires prennent le relais.

Le dernier préjugé repose sur un défaut de la culture informatique. De nombreuses femmes développeuses passent par un cursus de reconversion, mais elles doivent très vite être confrontées à des hommes qui ont l’habitude de baigner dans l’univers informatique depuis leur plus jeune âge. Résultat, cela crée une difficulté supplémentaire afin de s’intégrer dans le monde des développeurs.

 

La mise en place de communautés pour aider les femmes

Afin de favoriser l’insertion professionnelle des femmes en tant que développeuses, un environnement bienveillant a été mis en place à travers des groupes Slack comme Duchess ou Ladies of Code. Le principe repose sur des échanges virtuels avec des centaines ou des milliers de développeuses à travers le monde. Il s’agit d’un espace réservé aux développeuses et donc à l’abri des trolls potentiels. C’est un climat de confiance qui s’instaure naturellement, permettant aux développeuses de poser librement leurs questions. C’est une situation qui n’aurait pas été possible dans un groupe composé majoritairement d’hommes, car il y a naturellement une concurrence qui s’installe.

Mais ces communautés ne sont pas uniquement utiles sur le plan technique, car il est possible pour les développeuses de parler plus librement de n’importe quel sujet. Ainsi, les novices peuvent obtenir des informations par rapport à la fourchette de salaire, sur le fait de choisir leurs premiers stages ou d’identifier certains signaux pouvant alerter sur un harcèlement sexuel. L’objectif de la communauté repose avant tout sur le retour d’expérience et sur le partage de ces informations.

Il s’agit donc d’une aide particulièrement précieuse permettant aux développeuses d’évoluer professionnellement. En effet, c’est une excellente façon de se créer un réseau professionnel et de rencontrer des marraines. Ce sont des rencontres marquantes pour les femmes développeuses qui trouveront plus facilement leur place dans ce monde tech, mais également dans une optique de trouver un emploi.

Voilà pourquoi ces communautés de développeuses sont aussi importantes afin d’aider non seulement ces personnes à obtenir leur premier travail, mais également de les motiver face aux difficultés quotidiennes rencontrées dans le monde de l’entreprise.

 

Un taux d’abandon encore élevé.

Lorsqu’un poste de développeuses a été pourvu, les femmes abandonnent généralement au bout de deux à trois ans. En effet, elles ont énormément de mal à se sentir à leur place, car il s’agit essentiellement d’un milieu masculin. C’est donc une situation particulièrement difficile, lorsqu’on est jeune et débutante. Cependant, certaines entreprises affichent une excellente volonté en multipliant les initiatives afin d’attirer des profils différents. Mais parfois, les développeuses déchantent lorsqu’elles se retrouvent en poste, car toutes les conditions ne sont pas mises en place pour qu’elles se sentent à l’aise. En d’autres termes, il s’agit uniquement d’un discours de façade.

La nécessité de mettre en place des solutions durables

Pour que les femmes trouvent plus facilement leur place dans le milieu de la programmation, il est nécessaire de s’y prendre le plus tôt possible et cela dès l’école. Pour aller plus loin, il faut également mettre en avant le métier de développeuses dans les conférences afin de montrer que les femmes disposent de la même technicité et de la même culture que les hommes.

Voilà pourquoi les communautés pour les développeuses organisent régulièrement des événements dans ce sens.

Boostez vos projets IT

Les meilleures missions et offres d’emploi sont chez Free-Work

Continuez votre lecture autour des sujets :
# Développeur
# News

Commentaire (1)

Simona-1
Et dire que la programmation était "un métier de femmes" au début de l'informatique car liée au langage (supposé être une compétence féminine...) ! Les hommes consacraient leur énergie au hardware. Go girls ! Reprenons notre part ✊🏼
Modifié

Dans la même catégorie