Yandex : 3 choses à savoir sur le moteur de recherche russe

5 min
25
1
0
Mis à jour

Yandex, parfois surnommé le Google russe, fait de plus en plus parler de lui depuis la guerre en Ukraine. Entre les rumeurs de réutilisation politique des données des internautes, les piratages et les risques de sanctions occidentales, le géant du numérique russe pourrait bien disparaître. Mais Yandex n’est pas seulement un moteur de recherche, c’est également un navigateur, qui propose entre autres, des services de covoiturages, système de paiement, livraison de repas, messagerie électronique, etc. Surtout, la société est russe, mais détenue à majorité par des fonds américains et inscrite à la bourse Nasdaq de New York. Alors Yandex peut-il vraiment tomber ? Quelles sont les particularités de ce Google russe ? Découvrez-les dans cet article.

Le Google russe, une source de données pour les autorités

Yandex a d’abord fait parler de lui au début du mois d’avril à cause d’une importante perte de données qui a impacté près de 58 000 utilisateurs de Yandex Eats (l’équivalent russe d’Uber). Les informations contenaient notamment les adresses de livraison, numéros de téléphone et noms des usagers, mais Yandex n’exclut pas que des identifiants de connexion aient aussi été dérobés. Selon le moteur de recherche russe, cette fuite n’aurait pas été générée par une attaque externe, mais par « des agissements malhonnêtes d’un employé » et ne remet pas en cause la sécurité de l’application..

Cependant, des chercheurs en sécurité alertent sur les risques pesant sur les données recueillies par plus de 52 000 applications mobiles qui utilisent Yandex. En effet, le moteur de recherche met à disposition des développeurs des API à intégrer dans leurs projets. Ces interfaces de programmation collectent ensuite des informations utilisateurs qui sont stockées sur des serveurs russes et donc potentiellement accessibles aux autorités du pays. En y accédant, ces derniers pourraient ainsi pister des millions d’utilisateurs. 

Dans le contexte de guerre en Ukraine, ce risque est particulièrement inquiétant et Yandex a fait l’objet de vives critiques dans les médias et réseaux sociaux.

La société s’est défendue en affirmant que les données collectées sont très limitées et non personnalisées. Elles seraient notamment trop parcellaires pour permettre d’identifier les utilisateurs. Le groupe répond également que les indications liées au réseau, à l’appareil et à l’adresse IP sont stockées dans des datacenters finlandais et pas en Russie.

Dans ses communications, Yandex cherche à faire valoir son indépendance du pouvoir russe et à prouver sa volonté de protéger les données utilisateurs.

Yandex, un navigateur qui protège les données ?

À la manière de Google avec Chrome, Yandex dispose de son propre navigateur internet : Yandex Browser.

Basé sur le projet Open Source Chromium, ce navigateur se veut aussi intuitif, complet et performant que Chrome, et plus sécurisé. Dès le lancement de la version Beta en 2015, Yandex Browser intègrait un mode furtif permettant de bloquer les traceurs. Le célèbre antivirus Kaspersky est également incorporé pour analyser en direct les sites web et fichiers téléchargés.

Avec 60 % de part de marché, Yandex Browser est désormais le navigateur web le plus utilisé en Russie et son usage se démocratise dans les autres pays d’Europe. Mais, le navigateur pourrait aussi voir sa popularité impactée par la guerre en Ukraine. Dès le mois de mars, Mozilla a décidé de supprimer le moteur de recherche russe de son navigateur. Cette « sanction » est encore très limitée par rapport à ce qui pourrait attendre Yandex dans les prochaines semaines.

Yandex : un moteur de recherche qui risque de disparaître

Si Yandex n’est pour l’instant visé par aucune sanction occidentale, il a déjà subi d’importantes conséquences de la guerre en Ukraine. Dès le 28 février 2022, l’action Yandex cotée au Nasdaq a été suspendue après avoir perdu 44 % de sa valeur.

Le groupe est également menacé par la fermeture de la branche européenne de Sberbank, le plus grand prêteur de Russie. Le dirigeant de Yandex a déclaré que « dans le cas où nous serions empêchés de distribuer des fonds supplémentaires de nos filiales russes à notre société mère néerlandaise, Yandex n’aurait pas les ressources suffisantes pour racheter la majorité des billets ». En clair, si les investisseurs venaient à demander le remboursement intégral de leurs actions, la firme ne serait pas capable de les indemniser.

En quelques mois, Yandex a vu sa valeur marchande passer d’environ 17,4 milliards à un peu plus de 3 milliards. Le groupe souffre également de la pénurie de composants (notamment de semi-conducteurs) liée aux sanctions occidentales ainsi qu’à une fuite de cerveaux… Entre 50 000 et 70 000 développeurs auraient déjà quitté les pays et l’association russe des communications électroniques estime qu’au moins 70 000 professionnels de l’IT supplémentaires pourraient émigrer dans les prochaines semaines.

Dernier coup critique porté à la compagnie, l’UE a ajouté Tigran Khudaverdian, le directeur exécutif de Yandex, à sa liste de personnes faisant l’objet de sanctions suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Un ancien responsable des opérations d’information de Yandex aurait dénoncé le rôle joué par Yandex News, la chaîne de média de Yandex, dans la diffusion de la propagande du Kremlin.

Yandex : trop gros pour s’effondrer ?

Si la société Yandex traverse d’importantes difficultés, elle n’en reste pas moins une multinationale disposant de ressources conséquentes. Pour faire face à la crise financière, un porte-parole de la société a annoncé que le groupe explore différentes stratégies incluant la vente de certains de ces services notamment la plateforme d’infodivertissement « Zen ». La société cherche à se concentrer sur des secteurs à fort potentiel de croissance avec des technologies comme les véhicules autonomes et le cloud computing.

De son côté, Tigran Khudaverdian a quitté ses fonctions de directeur exécutif en rappelant que la société, enregistrée aux Pays-Bas, n’a connu aucune sanction de la part de l’Union européenne, des États-Unis ou du Royaume-Uni.

 

Quoi qu’il en soit, le Google russe verra sa croissance et sa popularité largement impactées par la guerre en Ukraine. Dans des déclarations aux investisseurs, Yandex a indiqué que les processus de cession et de réorientation « n’en étaient qu’à un stade précoce et que la société ne pouvait fournir aucune assurance sur les prochaines transactions ».

Et vous, en tant que professionnel de l’IT, quel est votre avis sur la situation ? Connaissez-vous et utilisez-vous les services de Yandex ? Pensez-vous que ce géant du net puisse s’effondrer dans les prochains mois ? Partagez-nous vos opinions sur le forum IT.

  

Par Laura Pouget, Rédactrice Web SEO & Développeuse Informatique.

 
 

Sources et liens utiles :

La fuite de données de Yandex Eats

Yandex Browser

Les répercussions des sanctions contre la Russie sur Yandex






Boostez votre carrière

Les meilleures offres d’emploi sont chez Free-Work

Notre CVthèque est la première source de recherche de talents pour + 1 000 entreprises. Déposez votre CV et postulez en un clic !

Continuez votre lecture autour des sujets :
# Actualités

Commentaire

Dans la même catégorie