Et si Edge était le meilleur navigateur ?

6 min
45
0
0
Publié le mis à jour le

Comme 90 % des internautes, il y a de fortes chances que vous lisiez cet article depuis les navigateurs Chrome et Safari. Pourtant, Chrome a rencontré pas mal de problèmes ces derniers temps avec notamment deux alertes de Google suite à la détection de vulnérabilités dans son logiciel. Safari est, quant à lui, limité aux équipements Apple et Firefox est régulièrement critiqué pour sa lourdeur et sa mauvaise gestion des ressources. De plus, un navigateur fait de plus en plus parler de lui. Un petit nouveau ? Loin de là puisqu’il s’agit de Microsoft Edge, successeur malheureux d’Internet Explorer. Pourquoi malheureux ? Parce qu’il traîne derrière lui toute la désastreuse renommée de son ancêtre. IE avait, entre autres, la réputation d’être lent et peu fiable. Ses problèmes de compatibilité et de rendu en faisaient le cauchemar des développeurs web. Mais tout cela semble loin derrière Edge qui a complètement fait peau neuve. Entre innovation, performance et sécurité, le logiciel Microsoft redevient un sérieux concurrent ! Découvrez pourquoi Edge pourrait être le meilleur navigateur web.

 

Le nouveau Edge, innovation et performance 

Chrome mais en plus rapide

Pour créer Edge, Microsoft a totalement reconstruit son navigateur à partir du projet open source Chromium, la même base de code que Google Chrome.
D’ailleurs, les utilisateurs de Chrome trouveront certainement Edge très ressemblant autant par son apparence que ses fonctionnalités. Toutes les extensions de Chrome sont prises en charge dans Edge ce qui facilite grandement la transition entre les deux logiciels. Il suffit d’activer l’option « Autoriser les extensions d’autres magasins » pour pouvoir exploiter à la fois les fonctionnalités du Microsoft store et celles du Chrome web Store.

En fait, la différence entre Chrome et Edge va se jouer au niveau des performances et pas forcément en faveur du navigateur Google. Chrome est réputé pour sa  « monopolisation » des ressources système et pour la quantité de RAM et de CPU qu’il peut utiliser pour tourner. Les ingénieurs de Google travaillent sur ces problèmes, mais cela reste un inconvénient majeur.

Selon les premiers retours et tests utilisateurs, Edge consomme moins de ressources pour un temps de chargement des pages aussi, voire plus rapide, qu’avec Chrome. Les benchmarks de navigateurs comme celui réalisé par ITPro avec MotionMark placent également Edge en tête des logiciels les plus rapides pour les sites web et les applications de tous les jours. Cependant, Chrome n’est pas loin derrière et les performances d’Edge pourraient ne pas suffire à détrôner le navigateur qui détient près de 60 % des parts de marché. À moins que Edge ne continue à s’améliorer et à innover…

Des fonctionnalités novatrices

Ça tombe bien, l’innovation est au cœur de la stratégie de Microsoft pour son navigateur.
Dès la sortie de Edge, ses créateurs lui ont ajouté de nombreuses fonctionnalités telles que :

  • un mode de lecture intégrée (plus accessible et intuitif que celui de Chrome) ;

  • une option pour lire les contenus à haute voix ;

  • la possibilité d’afficher les onglets à la verticale sur le côté de l’écran ;

  • la mise en veille des onglets inutilisés après un certain laps de temps (ce qui favorise encore une fois les performances) ;

  • les « collections » qui permettent d’enregistrer des groupes de pages ou de collecter et rassembler du texte, des images, des vidéos en ligne,etc. ;

  • des systèmes d’annotation des captures et pdf ;

  • un mode sombre natif.

Edge reprend aussi les fonctionnalités phares issues de chromium comme le traducteur intégré ou la recherche vocale. Il est même possible de caster le nouveau navigateur de Microsoft sur un Chromecast.
L’interopérabilité semble en effet être un autre objectif principal d’Edge aussi bien au niveau des fonctionnalités que des systèmes d’exploitation.

 

Une compatibilité avec tous les systèmes d’exploitation, même Linux !

Microsoft Edge est disponible pour Windows, macOS, mais également pour les systèmes d’exploitation mobiles Android, et iOS. Il est donc possible de l’utiliser sur tous les appareils. De plus, une option de synchronisation des données de navigation est accessible à partir d’un compte Microsoft de manière similaire à ce qui existe avec Chrome et Google.

Enfin, depuis octobre 2020 une version de Edge pour Linux est disponible dans le canal Dev de Microsoft.
L’installation du navigateur se fait à l’aide d’une interface utilisateur graphique intuitive ou en ligne de commandes. Microsoft fournit des packages officiels pour les distributions Ubuntu, Fedora, Debian et openSUSE.

Une installation par ligne de commande est aussi possible sous Debian et Ubuntu avec la syntaxe suivante :

$ curl https://packages.microsoft.com/keys/microsoft.asc | gpg --dearmor > microsoft.gpg
$ sudo install -o root -g root -m 644 microsoft.gpg /etc/apt/trusted.gpg.d/
$ sudo sh -c 'echo "deb [arch=amd64] https://packages.microsoft.com/repos/edge stable main" > /etc/apt/sources.list.d/microsoft-edge-dev.list'
$ sudo rm microsoft.gpg
$ sudo apt update
$ sudo apt install microsoft-edge-dev

À noter qu’il s’agit pour l’instant d’une version préliminaire destinée aux développeurs sous Linux. Les fonctionnalités de connexion et de synchronisation sont absentes, mais elles seront, selon Microsoft, disponibles dans la version stable. 

Une confidentialité et une sécurité renforcée pour le navigateur de Microsoft

L’autre atout majeur d’Edge par rapport à ses concurrents est sa politique de confidentialité et de préservation des données.
La question de la confidentialité en ligne est complexe, et changer de navigateur ne résoudra pas tous les problèmes associés au suivi sur le web. Cependant, Edge propose une interface plus intuitive et complète pour se protéger. 

Les paramètres de confidentialité sont classés en 3 niveaux : basique, équilibré et stricte avec, à chaque fois, une description des règles appliquées et de leurs répercussions sur l’expérience de navigation. Il est ainsi possible de choisir, en un clic, le degré de prévention voulue et de le modifier à tout moment.

La version stricte permet ainsi d’arrêter la majorité des traceurs présents sur les sites. Le filtrage est si important que Edge arrive même à déclencher la fenêtre contextuelle demandant la désactivation du bloqueur de publicité sur certaines pages web.

De plus, les règles de confidentialité restent totalement personnalisables. Les internautes peuvent ajouter leurs propres sites à une liste de blocages ou d’exceptions. Une autre interface permettant également de contrôler facilement les historiques de navigation avec la possibilité de supprimer des données spécifiques à chaque fermeture des onglets. 

En ce qui concerne la sécurité, Microsoft met en avant le fait que Edge est plus sûr que Chrome et Firefox. Selon une étude indépendante du NSS Labs, une célèbre entreprise de tests, Microsoft Edge offrirait une meilleure protection contre :

  • les attaques d’ingénierie sociale comme le phishing ; 

  • les logiciels, contenus et publicités malveillants ;

  • les applications potentiellement indésirables ;

  • les escroqueries de type « support technique » où l’internaute voit s’afficher un message bloquant son ordinateur qui lui indique un problème grave et un risque de perte de ses données s’il ne contacte par une fausse « assistance ».

Cette cybersécurité est liée à l’intégration native de Microsoft Defender SmartScreen, un service basé sur la réputation des sites web et fichiers en téléchargement.

Entre ses performances, ses fonctionnalités et sa sécurité renforcée, Edge redevient un concurrent sérieux parmi les navigateurs web. En avril 2020 il a, pour la première fois, dépassé Firefox en termes de part de marché. 

Sources et liens utiles :

Boostez votre carrière

Les meilleures offres d’emploi sont chez Free-Work

Notre CVthèque est la première source de recherche de talents pour + 1 000 entreprises. Déposez votre CV et postulez en un clic !

Continuez votre lecture autour des sujets :
# Web

Commentaire

Dans la même catégorie