CMS Headless : pourquoi et quand les utiliser ?

6 min
47
0
0
Publié le

Un CMS headless, ou système de gestion de contenu « sans tête », se compose principalement d’une API ainsi que de fonctionnalités backend pour stocker et diffuser du contenu. Ces CMS headless fournissent ainsi aux utilisateurs non techniques tous les outils pour créer, gérer et modifier le contenu d’un site web ou d’une application. L’interface peut être une page web, une application mobile ou tout autre système frontend.
L’approche sans tête permet aussi aux développeurs de fournir du contenu en tant que service, abrégé en CaaS où le stockage et la livraison du contenu sont gérés par un logiciel distinct. Grâce à cette polyvalence, les CMS sans tête deviennent très populaires parmi les professionnels de l’IT.
Découvrez, dans cet article, pourquoi et quand utiliser efficacement un CMS Headless.


Qu’est-ce qu’un CMS sans tête ?


Avant de voir les cas d’utilisation des CMS headless, il est indispensable de bien comprendre leur fonctionnement concret et comment ils se distinguent des autres types de systèmes de gestion de contenu.

Les différences entre un CMS headless et traditionnel

Un CMS headless, tout comme un CMS « standard », permet de créer du contenu. Cependant, au lieu que ce contenu soit associé directement à un rendu particulier (comme une page web par exemple), il est fourni sous forme de données via une API, le plus fréquemment, une API Restful (JSON, XML).

Avec un « CMS traditionnel » comme Wordpress, parfois également appelé « monolithique » ou « couplé », les développeurs disposent de toutes les fonctionnalités et options d’affichages disponibles sur un système unique. Les CMS traditionnels fournissent souvent une interface d’édition de contenu (WYSIWYG), car ils n’ont qu’un seul contexte pour présenter le contenu (le plus souvent donc une page web).

Dans le CMS headless, la tête se rapporte à l’endroit où le contenu est utilisé et affiché. Le « corps », lui, représente l’emplacement où le contenu est stocké et créé. L’intérêt d’un CMS sans tête est donc de permettre aux utilisateurs de choisir à quelles têtes (ou sorties) ils envoient leur contenu.

Les CMS headless sont aussi fréquemment appelés « API-first », « infrastructure de contenu », « contenu en tant que service » ou encore « hubs de contenu ». Quelle que soit leur appellation, ils se résument généralement à un backend comprenant une base de données et un contenu rendu accessible au travers d’une API. Cette séparation, entre le backend et le frontend, fait que les CMS headless sont souvent confondus avec les CMS découplés

Différences entre CMS headless et CMS découplés

Avec un CMS headless, les utilisateurs disposent d’outils d’édition et de modélisation pour créer du contenu. Mais la publication du contenu consiste ici uniquement à le rendre disponible via une API. Le CMS headless n’inclut aucune d’interface ou fonctionnalités frontend. C’est à l’équipe de développement de gérer l’affichage des données.

Un CMS headless, ou système de gestion de contenu « sans tête », se compose principalement d’une API ainsi que de fonctionnalités backend pour stocker et diffuser du contenu. Ces CMS headless fournissent ainsi aux utilisateurs non techniques tous les outils pour créer, gérer et modifier le contenu d’un site web ou d’une application. L’interface peut être une page web, une application mobile ou tout autre système frontend.
L’approche sans tête permet aussi aux développeurs de fournir du contenu en tant que service, abrégé en CaaS où le stockage et la livraison du contenu sont gérés par un logiciel distinct. Grâce à cette polyvalence, les CMS sans tête deviennent très populaires parmi les professionnels de l’IT.
Découvrez, dans cet article, pourquoi et quand utiliser efficacement un CMS Headless.

Les avantages des CMS headless

L’absence de tête ou d’interface des CMS headless peut, au premier abord, être considérée comme un inconvénient puisque c’est au développeur de gérer intégralement le frontend. Mais, en réalité, cette conception offre de nombreux avantages.

Plus de flexibilité

L’architecture d’un CMS couplé peut être très rigide et contraignante. Le CMS sans tête lui laisse une liberté totale dans la création du frontend. Les développeurs peuvent ainsi l’adapter en fonction des besoins de leurs projets, de leur entreprise ou de leur client.

Comme chaque CMS sans tête est livré avec une API bien définie, ils peuvent se concentrer sur la création plutôt que sur la gestion de contenu.

Enfin, en adoptant une approche CMS sans tête, les utilisateurs conservent la liberté d’adapter leurs applications aux évolutions techniques et fonctionnelles. Les frameworks et langages utilisés dans le frontend peuvent être complètement modifiés sans toucher à la base de code.

Une compatibilité multicanal

Pendant longtemps, les pages web étaient l’unique moyen d’afficher des données sur Internet. Mais aujourd’hui, les stratégies et la gestion de contenu incluent les applications téléphoniques et les autres canaux de l’IoT

Avec un CMS headless, les développeurs peuvent adopter facilement une approche omnicanal en adaptant les différentes technologies frontend sur une base de code et un backend commun.

Des phases de tests et d’itérations plus rapides

Les CMS headless permettent aux équipes de développements et de recettes de concevoir, tester, déployer et améliorer efficacement les applications. Les programmeurs et autres professionnels de l’informatique gagnent du temps et itèrent plus rapidement, car ils peuvent se concentrer uniquement sur l’UX et les objectifs métiers.
Un CMS sans tête permet également aux entreprises de tester de nouveaux canaux de diffusions sans impacter les parties déjà en production d’un projet global.

Une compatibilité avec les microservices

Les microservices remplacent de plus en plus l’approche monolithique dans l’architecture logicielle moderne. Cette méthode de conception repose sur un ensemble de services internes et externes tous connectés via leurs API à une application. 

Le fonctionnement des CMS headless et le succès des approches API-first font que les CMS sans têtes sont de plus en plus utilisés en tant que microservice. Les applications clientes peuvent traiter le CMS comme un microservice supplémentaire et y accéder via les points de terminaison REST de la passerelle API.

Une couche de sécurité supplémentaire 

Les CMS couplés, Wordpress en tête, sont une des cibles privilégiées des cyberattaques. Les mauvaises configurations de sécurité ou des plugins non mis à jour peuvent être à l’origine de vulnérabilités critiques.

 Avec l’augmentation exponentielle des cyberattaques, les CMS sans tête représentent une alternative plus sécurisée. En effet, dans les systèmes de gestion de contenu headless, l’API pour accéder aux données est en lecture seule. Les risques de vol et de compromission sont donc réduits puisque le contenu n’est pas accessible à partir de la base de données.

Grâce à leur fonctionnement et leurs avantages, les CMS headless sont idéaux pour les sites et applications web utilisant différents frameworks frontend. Ils sont aussi rapides et efficaces pour développer des projets multicanaux et conserver une flexibilité et une évolutivité pour chaque plateforme de diffusion.

Et vous, avez-vous déjà développé des applications à l’aide de CMS sans tête ? N’hésitez pas à nous partager vos retours d’expérience sur le forum.

Boostez votre carrière

Les meilleures offres d’emploi sont chez Free-Work

Notre CVthèque est la première source de recherche de talents pour + 1 000 entreprises. Déposez votre CV et postulez en un clic !

Continuez votre lecture autour des sujets :
# Trend
# Outils
# Développeur

Commentaire

Dans la même catégorie