← Retour

_Fred_

Nombre de posts : 334

Inscrit depuis le : 1 mai 2015

Réponses  : 5
Like  : 0
Vues : 226

Réponse postée il y a 14 heures

Ah oui, pas de contrat mais devis signé... qui vaut contrat. Dans ce cas, il faut te renseigner auprès d'un avocat. Si ton devis est une prestation sans limite définie (livrable), je crois que c'est plus facile à casser qu'un devis avec une durée déterminée. Dans tous les cas, il faut un accord entre les deux parties faute de contrat. Ou, au pire, faire sauter le devis pour défaut de formalisme ?

J'ai trouvé un lien qui parle des éléments attendus : https://www.obat.fr/blog/valeur-juridique-devis/

Le reste dépasse mes compétences.

J'ai pas compris un truc : c'est quoi le rapport entre le CDI et le devis signé ? Si c'est un devis c'est une prestation, alors t'es salarié ou freelance ?

Réponses  : 5
Like  : 0
Vues : 226

Réponse postée il y a 18 heures

Oui, alors, n'étant pas avocat, je donne un avis qui vaut ce qu'il vaut...

Tu es effectivement sous le coup du préavis, ou avec avenant ou écrit pour rompre d'un commun accord avant terme.

J'ai pas compris un truc : c'est quoi le rapport entre le CDI et le devis signé ? Si c'est un devis c'est une prestation, alors t'es salarié ou freelance ?

Réponses  : 8
Like: 1
Vues : 222

Réponse postée il y a 18 heures

Oui j'ai la même perception que htnfr. De toute manière il n'y a pas de miracle : si Apple a développé ses propres puces, et avec autant de succès, c'est parce qu'Intel s'est endormi et a cessé d'innover. Ils n'ont pas réussi à faire la transition consommation/performance, et ils restent néanmoins plus chers qu'AMD. Quand tu vois aujourd'hui les performances d'un processeur Apple M1, en refroidissement passif et plus de 15h d'autonomie avec une aussi petite batterie, tu te dis que c'est plus proche de la réalité qu'on devrait vivre plutôt que le Dell du bureau qui a une autonomie d'à peine deux heures. Le prix d'achat est plus faible, mais la longévité du Mac au moins double.

Réponses  : 8
Like: 1
Vues : 222

Réponse postée il y a 2 jours

Effectivement c'est une question à se poser en tant qu'individu, mais tu sais bien qu'une entreprise a des contrats cadre sur ses appros. Or les fournisseurs de hardware ont aussi leurs contrats cadre, bien souvent avec Intel, sur les flottes entreprise : plus fiables, plus adaptés à la bureautique, meilleures réductions sur les volumes... AMD traîne encore sa réputation de CPU de gamer, alors qu'Intel c'est plus "corporate". Bizarrement, les Intel sont maintenant souvent meilleurs en overclocking, comme quoi...

Vu les milliards de numéros de modèle, faut effectivement comparer. Mais pour une entreprise, as-tu vraiment le choix ? Qui prendrait le risque de sortir des offres travaillées des fournisseurs pour prendre un CPU qui sera probablement plus cher hors remises, sans les mêmes garanties de fiabilité et avec une consommation tellement plus élevée. Tout ça pour... des perfs de calcul ? Trop spécifique pour du grand public amha, pas assez pour qualifier les besoins des vrais power users.

Réponse postée il y a 2 jours

On est bien d'accord : il faut avoir l'esprit "entrepreneur", ça veut dire développer pour 0€ ?

Réponses  : 9
Like  : 0
Vues : 239

Réponse postée il y a 2 jours

@Steph12 T'es avec une petite boite ?

Je serai surpris que ça passe avec une grosse boite. C'est vrai que les ESN racontent ce qu'elles veulent, mais il suffit d'avoir pratiqué un service achats pour comprendre la racine du mal...

Selon vous, quelles sont les principales étapes clés pour créer son ESN en 2022/2023 ?

Trouver des clients (les autres réponses sont plus complètes)

Qu'est-ce qui fait que vous ne voulez pas travailler avec une ESN ?

Une marge trop importante entre mon TJM et le TJM payé par le client.
La multiplication des intermédiaires.
Les combines du genre "je te fait un CDI 1 jour par mois et tu dis pas au client que tu es freelance".
Les commerciaux vendeurs de patates, qui ne comprennent rien ni de ce qu'on cherche, ni de ce que propose le client.

Qu'est-ce qui fait que vous voulez travaillez avec une ESN ?

Eviter l'administratif avec le client final
Eviter les délais de paiement du client final
Avoir un vrai commercial, qui rapporte de vraies missions, et qui me fait réellement gagner du temps (mais c'est très rare)

Réponses  : 5
Like  : 0
Vues : 226

Réponse postée il y a 2 jours

J'ai pas compris un truc : c'est quoi le rapport entre le CDI et le devis signé ? Si c'est un devis c'est une prestation, alors t'es salarié ou freelance ?

Réponse postée 5 décembre 15:11

Oui clairement la première question... La pénurie vient du manque de profils, pas d'ESN.

Salut,

quelques pistes de réflexions :

  • une de plus....

  • le sociétés de type ESN ne sont pas en recherche de clients, mais en recherche de profils. C'est absolument fondamental à comprendre.

  • la proximité : oui et non. Exemple : si tu te spécialise sur une niche, tu vas être connu de toute la place. OUI. Pour SAP, tout le monde connait oXya ou Pas-à-pas. Ces boites doivent parler en permanence au client parce que son activité sur cette niche est récurrente. Donc, même si elles doivent attendre pendant 5 ans pour faire une grosse manip sur SAP, elle vont entretenir la relation client tout au long de cette attente. Mais je pense que c'est une exception sur le marché. NON, en tant qu'ESN débutante, tu n'as pas les reins assez solides pour pouvoir entretenir une relation suivie avec des donneurs d'ordres.

  • la formation : Je ne sais pas si tu parles de la formation de tes ingés ou si tu parles de la formation du client. S'il s'agit de la formation des ingés, dis-toi qu'il y a très peu de chances de rendre ces ingés captifs. Une fois formés, ils valoriseront ces nouvelles compétences au plus offrant.

  • d'autres plus confidentielles : si tu penses au nearshore ou au offshore, j'ai tellement de copains qui ont essayé et qui ont échoué, que ça m'a refroidit. Les raisons des échecs sont multiples, trop long à expliquer ici.

Qu'est-ce qui fait que vous ne voulez pas travailler avec une ESN ?

Rien, l'ESN, le contrat, l'administratif sont des supports ou des contingences. la réalité c'est le presta que je paie 500 balles par jour. Soit il apporte de la valeur ajoutée et il contribue, soit je considère qu'il ne vaut pas le prix auquel je le paie.

Qu'est-ce qui fait que vous voulez travaillez avec une ESN ?

Rien ou presque. Je travaille avec des prestas, pas avec des ESN. L'ESN est un moyen, pas une finalité.

Il y a tout de même une vraie préoccupation :

  • si le commercial que j'ai en face est un vendeur de voitures, que tout est possible et qu'il me vend la Tour Eiffel avec son presta, j'arrête tout de suite les négos. Je suis désolé, je suis câblé comme ça et ça ne changera pas. Si je mets le cerveau sur off, t'as aucune chance.

  • Si le mec est un commercial B2B et qu'en plus il me dit "non". Ca commence à m'intéresser. C'est là que je vois qu'il a compris mes problématiques et qu'il peut y répondre.

Et donc, si je prends la vue d'hélicoptère : pour me dire "non", il faut bien connaitre son sujet. C'est probablement la clef de la réussite pour un commercial d'ESN. Je note d'ailleurs que les plus malins viennent directement avec le candidat. Ca permet au candidat lui même d'avoir l'opportunité de me dire "non, je voudrais apporter une précision sur ce que vous venez de dire...".

Réponses  : 34
Likes: 3
Vues : 1278

Réponse postée 5 décembre 12:25

Oui il y a beaucoup de phénomènes purement spéculatifs et non structurels (ou liés au conflit, qui sont assez marginaux dans l'ensemble). Ils sont donc bien plus faciles à contrôler, suffit juste qu'ils décident d'arrêter de se goinfrer sur notre dos. Quand on entend que les US continuent à importer du pétrole russe en le plafonnant à 60$ le baril, on se dit qu'il y a quelque chose de pourri au royaume de...

Alors, la semaine dernière sur B** Business (😆), une invitée avait dit, qu'ils misaient sur une fin "crise" d'ici Juin 2023. On reviendrait à des niveaux avant covid.

Donc la récession a bon dos, je pense. Comme l'Ukraine qui a servi à tout augmenter.(le prix du baril aujourd'hui est au même niveau, voire en dessous de ce qu'il était avant la guerre mais les prix à la pompe ont à peine baissé)

Réponses  : 4
Like  : 0
Vues : 98

Réponse postée 5 décembre 12:17

Oui c'est clair, le taux d'intérêt est ridicule, mais on peut le majorer. J'ai eu pas mal de sociétés qui me faisaient ça, du coup je leur facture les 40€ plus les intérêts à chaque facture suivante. Si t'as un problème de trésorerie, les pénalités de 40€+ serviront à couvrir les intérêts d'un financement relais par exemple.

Personnellement, ça m'était pénible au début, puis, la trésorerie aidant, je ne m'en formalisais plus. J'ai facturé les pénalités et ils sont rentrés dans le rang. Par contre, je pense qu'il est très difficile d'inclure des mesures dissuasives (sinon des pénalités) dans le contrat et les CGV, comme modifier le préavis pour obtenir une rupture immédiate ou la fin d'une clause de non concurrence.

Idem, cela ne fera pas sauter ce qui vous lie contractuellement. Il faudrait engager une procédure et prouver que les paiements sont très, très en retard, à la limite du non-paiement... ?

Bonjour,

Désolé de vous décevoir, mais je dirais non.

Je ne pense pas que le non respect du délai de paiement vous permette de "casser" le contrat qui vous lie.

Par contre, vous pouvez profiter de ce renouvellement pour renégocier le contrat, et demander à y insérer une clause par rapport au paiement du type "Si je ne suis pas payé dans les temps, plus de clause de non concurrence" (évidemment, il faudrait le tourner mieux 😅). Ca vous donnera la tendance avec cette boite.
Mais il faut aussi être prêt à renoncer à cette mission s'ils n'acceptent pas.

Réponses  : 15
Like  : 0
Vues : 202

Réponse postée 2 décembre 14:47

Super complet Yebor...

J'ai de la famille en haute savoie et j'ai déjà bossé en Suisse, et je confirme tout ce qui a été dit. Tu seras prélevé à la source parce qu'ils en ont marre que les permis temporaires se barrent avec la caisse...

Quant aux sentiments antifrançais, tu ne les vivras pas sur le lieu de travail. C'est en général très multiculturel et policé, et les RH veillent à la baguette. Pour l'aspect perso, il est certain que ça dépendra de là où tu habites. La haute savoie est réputée pour sa qualité de vie, à condition que tu évites les villes dortoir. Quant à vivre en Suisse, c'est quitte ou double. Ce sera plus cher, et tu devras te faire à la mentalité suisse qui est... particulière. Et ce sera là que tu trouveras le plus ce sentiment antifrançais.

La rem qui t'es proposée est faible. Il y a presque 10 ans le salaire d'un chef de projet senior était considéré a minima à ce prix. Si ta spé technique a de la rareté, tu devrais donc être au-dessus de ça. Maintenant, si tu vis en France, clairement ce sera un salaire très confortable... mais ce n'est pas une raison !

Réponses  : 2
Like: 1
Vues : 71

Réponse postée 2 décembre 14:09

Vous parlez comme les gens dans mes rêves. Je ne comprends rien.

Réponse postée 1 décembre 16:18

Alors, statutairement, disons que tu n'es pas gérant de ton EI mais entrepreneur individuel, en nom propre.

Je ne sais pas si c'est illégal, d'autres pourront le dire mieux que moi. Je pense que ça poserait problème si les deux sociétés étaient dans le même pays et avaient le même objet social.

Ce qui est probable, c'est que tout contrôleur britannique te sanctionne sur le fait que tu factures par une société étrangère (que tu possèdes) une prestation faite par toi... pour ton entreprise ayant exercice sur le territoire britannique.

Je pense que c'est plus un problème fiscal (évasion ?) que légal. Et, encore une fois je présume, ce serait un problème de fiscalité anglaise et pas française, sauf si tu as omis de déclarer tes revenus et comptes bancaires britanniques au fisc français.

Réponse postée 1 décembre 15:37

Tu veux facturer ta société anglaise avec ta société française ? C'est à dire que tu fournirais une prestation de service au sein de la société dont tu es gérant mais tu facturerais avec une société dans un autre pays ? Je pense que la logique voudrait que la société dont tu es gérant soit celle qui te rémunère... À moins que ce soit un montage type holding auquel cas le sujet de la facturation est différent... Mais ça ne pourrait pas être une EI.

Réponse postée 1 décembre 08:59

Oui, t'as bien fait !

Si la mission me plait, j'aurais simplement dit à l'ESN que leur montage ne m'intéresse pas, que je veux prendre ce qui m'a été promis et que le reste, ils s'en débrouillent. Et s'ils n'acceptent pas, je refuse la mission en expliquant au client ce qui s'est passé (parce qu'il est certain que l'ESN cassera du sucre sur mon dos).

Réponse postée 1 décembre 08:57

Yohann ce que tu dis est intéressant.

@Free-Worker-284819, tu parles beaucoup rémunération et je te comprends, mais attention. Il y a des postes en cybersécu qui peuvent être abominablement chiants, donc attention aux priorités. Meilleur salaire ne voudra pas forcément dire meilleur job.

Réponses  : 8
Likes: 3
Vues : 327

Réponse postée 1 décembre 08:50

Perso je ne réponds pas aux mails qui ne sont pas personnalisés. Ce sont en général des envois groupés et les commerciaux d'ESN ne se fatiguent plus. Tant mieux. Pour les autres, quand ils me contactent directement, je reste poli et décline. Le fait de ne pas être en dispo ne veut pas dire qu'on est pas intéressé, et certains recherchent sans vouloir alerter leur hiérarchie. Et puis... c'est toujours possible de se faire débaucher à plus cher, faut pas se mentir. Bref. Je leur répond avec tact, car on ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve.

Forum : Vos projets
Réponses  : 4
Like  : 0
Vues : 299

Réponse postée 1 décembre 08:48

Il y a beaucoup de centres de services au Maroc et en Tunisie. On y recherche des compétences, de la disponibilité et un bilinguisme français-anglais.

L'Inde n'est plus l'eldorado depuis longtemps. La popularisation a fait énormément baisser la qualité des recrutements et la distance du offshoring arrive au détriment de la qualité de la prestation. Et leur mentalité est très particulière.

Donc non, le grand Maghreb est toujours une piste intéressante, et l'Inde ne l'est plus depuis 20 ans et la répétition des problèmes et du turnover comme a dit NC_EB.

Pour ta question, tu as clairement une voie royale pour faire du recrutement sur place et le proposer aux ESN, que ce soit pour leur trouver des talents ou mettre en place des centres de service. Ce sont des prestations que tu peux facturer très correctement et, si tu as des profils intéressants, pérenniser sur le long terme.

Réponse postée 30 novembre 15:39

Ouais je me poserais alors les questions de la légalité de faire travailler des gens pour rien, et de la question de responsabilité ? (cela dit, est-ce qu'une société se retournerait contre un prestataire sur une faute de sécu ?)

Pas fatalement, surtout dans son secteur.

Dans le graphisme, le marketing ou autre secteur avec un livrable précis attendu, je dis oui tu as raison, pas de gratuité. Mais dans la cybersécu, il y a toujours des failles, à chaque MAJ.

Il pourrait faire un pain test gratuit à une PME, et faire un service pas trop cher dans la sécurisation. C'est un excellent moyen de créer un premier contact, et c'est une grande chance à prendre que nous, Chefs de projets ou PMO, ne pouvont faire ...

Ou cibler une entreprise avec différents points de vente, faire un premier point de vente gratis, et facturer les autres .... (ou bien juste en faire un gratis et bénéficier de la notoriété pour dire qu'il a bossé avec un gros compte).

Tu sais qu'en sécu, on est souvent amené a travailler pour soi gratuitement en vue de se former. C'est déjà bien qu'une entreprise te laisse te faire les dents sur ses vulnérabilités sans porter plaintes (car autrement, se faire les dents peut vite devenir illégal)

Réponses  : 11
Like  : 0
Vues : 266

Réponse postée 30 novembre 15:37

Je ne pense pas que le fait d'avoir une activité salariée au Luxembourg affecte les activités non salariées que tu pourrais ouvrir en France...

Bonjour à vous !

Je me permet de réouvrir ce topic car je tombe sur une colle par rapport à ma situation. Peut être que @Vincent, @Droopyann ou un autre membre de ce forum pourront m'éclairer.

Etant donné que je travail dans un autre pays (Luxembourg), mes cotisations sociales sur mon revenu salarié sont prélevées dans ce pays. Hors il semble que, même si j'ouvre une entreprise individuelle en France, je dois payer mes cotisations sociales sur les revenus générés par cette activité au Luxembourg également.

Ouvrir une Entreprise Individuelle au régime micro(fiscale) ne semble pas pouvoir s'appliquer dans ma situation. Que puis-je faire dans ce cas ? Ouvrir:

  • Une EI au régime réel, demander à l'URSAFF de ne pas me prélever et voir avec la caisse Luxembourgeoise pour payer mes cotisations sociales ?

  • Une SASU sans rémunération, car les dividendes ne sont pas soumis aux cotisations sociales ?

Je vais également essayer de contacter l'URSAFF, mais je ne sais pas s'il seront en mesure de me répondre. Peut être voir directement avec le service des impots au Luxembourg ?

Je vous remercie d'avance pour votre aide

Réponse postée 30 novembre 13:58

@catfish je ne suis pas hyper d'accord avec ton impression. On n'essaye pas de décourager ce brave freelance, c'est à lui que revient la décision de faire ce qu'il entend. Mais il a aussi le droit d'entendre deux sons de cloche, et ce n'est pas parce que nous ne sommes pas de ton avis que nous sommes forcément du côté des trous d... des escrocs.

Je pourrais te répondre qu'il est facile de pousser quelqu'un du haut d'une falaise pour espérer le voir voler et créer un précédent pour l'humanité. Force est de constater que c'est à lui de fournir tous les efforts. De la même manière, rentrer en contentieux, c'est épuisant... et ça coûte cher. Double effet kiss-cool : tu crois manifester une procédure de renforcement de la justice pour, en fait, en sortir encore plus frustré quand tu constates les dysfonctionnements de notre système.

Bref, tout ça pour dire qu'il y a une cohérence établie à pouvoir dire : la meilleure attaque c'est la défense, prend cette leçon dans le menton et prépare mieux tes contrats par la suite. Tout ça pour éviter une longue bataille pas évidente à gagner.

Maintenant, encore une fois, c'est à lui de décider. Mais l'avis contraire n'est pas forcément un avis de compromission, ça peut être un avis tout à fait légitimé.

En lisant les réponses, j'ai l'impression que la plupart des auteurs sont des commerciaux d'ESN qui essaie de décourager Free-Worker-558536.

J'ai souvent rencontré des commerciaux d'ESN qui m'ont dit dès notre 1er contact : "Ne t'inquiète pas ! Avec ce client, on est sur la phase formalité. Tout est déjà validé". Et quand tu arrives en entretien chez le client, tu te rends compte :

  • qu'il est à sa 2e rencontre/discussion avec le client (et que la 1ere était téléphonique) ;

  • que le client a émis des reserves de partout ;

  • que le client l'a informé qu'il est en train de voir d'autres candidats ;

  • que le client l'a informé que sa priorité c'est un CDI ;

  • que le client l'a informé que patatis, patata, …

  • bref, tu te rends compte que le commercial n'a absolument pas la situation sous contrôle et qu'il est en train de tenter sa chance comme tout le monde.

Et après tout ça, en sortant de l'entretien, il te dit quand même : "ne fais pas attention à ce que le client a dit, il le dit juste par principe, parce qu'il a le devoir de le dire. Ne t'inquiète vraiment pas, tu vas être pris. Écoute, je t'envoie même le contrat ce soir. En fait, demain, parce que là, j'ai un autre rendez-vous et je n'aurai pas le temps de le finaliser."

Je trouve que c'est devenu un peu trop normal pour le commercial de baratiner le candidat. Et comme à chaque fois il s'en sort s'en être inquiété, il recommence avec le candidat suivant. Je ne serais pas choqué si on me disait qu'il recommençait même des fois son baratin avec un autre dev chez le même client, et pour le même poste. Ces gars ne mesurent pas l'impact que ça peut avoir sur le quotidien du candidat. Ou alors, ils le savent très bien, mais ils estiment que c'est uniquement la responsabilité du candidat s'il les croit sur parole.

Pour revenir au cas présent, moi je suis nouveau dans le milieu du freelance (mais pas de l'ESN). Je n'aurai donc pas de piste à partager avec toi. Mais les débuts de piste que tu présentes me paraissent pertinentes (avocat, assistance juridique de la RC pro, …).

Si entre 2 commits tu as l'énergie pour explorer ces pistes et pour créer un précédent juridique dans ce genre d'abus de confiance, je serai le 1er à te louer quand je me retrouverai dans la même situation.

Réponse postée 30 novembre 13:45

Et pour rebondir, le fait que les profils dans la sécu soient hyper en demande pourrait aller dans le sens de ta stratégie puisque ça t'aidera à négocier son salaire vers le haut pendant cette période transitoire, ce qui est le seul inconvénient du salariat parmi tant d'avantages comme l'a résumé DevAndOps.

Par contre, on a déjà eu des discussions similaires, je ne suis pas du tout fan du travail gratuit. C'est à mon avis à proscrire parce que cela donne trop de mauvaises habitudes aux donneurs d'ordre qui finissent par sombrer dans des arguments d'autorité genre notoriété de l'entreprise, etc.

Réponses  : 11
Like  : 0
Vues : 266

Réponse postée 30 novembre 09:41

Selena, personnellement j'ai été dans ta situation. En 2010 je travaillais sur site au Luxembourg; je facturais un prestataire Luxembourgeois (société parapluie) et toutes mes cotisations étaient prélevées en France. À l'époque il était impossible pour un non-résident même européen de créer une société de prestation au Luxembourg, d'où le montage précité (je ne sais pas si ça a changé depuis).

Pour revenir à ton cas, si tu factures avec ta (future) société française un client luxembourgeois, je vois très très mal comment le Luxembourg pourrait exiger que tu payes tes charges chez lui, de surcroît des charges (cotisations ?) sociales, micro ou pas. À la rigueur ils pourraient te poser des problèmes de l'ordre du "vous travaillez sur notre territoire vous devriez ouvrir une structure sur notre territoire", à condition que la loi le permette. Sinon, attention à ne pas trop éveiller leur curiosité. Je dis ça...

Bonjour à vous !

Je me permet de réouvrir ce topic car je tombe sur une colle par rapport à ma situation. Peut être que @Vincent, @Droopyann ou un autre membre de ce forum pourront m'éclairer.

Etant donné que je travail dans un autre pays (Luxembourg), mes cotisations sociales sur mon revenu salarié sont prélevées dans ce pays. Hors il semble que, même si j'ouvre une entreprise individuelle en France, je dois payer mes cotisations sociales sur les revenus générés par cette activité au Luxembourg également.

Ouvrir une Entreprise Individuelle au régime micro(fiscale) ne semble pas pouvoir s'appliquer dans ma situation. Que puis-je faire dans ce cas ? Ouvrir:

  • Une EI au régime réel, demander à l'URSAFF de ne pas me prélever et voir avec la caisse Luxembourgeoise pour payer mes cotisations sociales ?

  • Une SASU sans rémunération, car les dividendes ne sont pas soumis aux cotisations sociales ?

Je vais également essayer de contacter l'URSAFF, mais je ne sais pas s'il seront en mesure de me répondre. Peut être voir directement avec le service des impots au Luxembourg ?

Je vous remercie d'avance pour votre aide

Réponses  : 16
Like  : 0
Vues : 241

Réponse postée 30 novembre 09:34

Pour les (ex) cartes grises, il est certain que cette information est publique... La base de donnée peut être achetée et cela a donné lieu à du spam très pénible et une augmentation des car jacking ciblés. La belle époque, merci l'Etat.

Il était temps que l'état réagisse, parce que societe.com faisait payer pour avoir accès à des documents gratuits.

Pour information Pappers est gratuit et se base sur les API fournies par l'état,

@Droopyann : on peut demander à ces sociétés privées de retirer vos données, mais vu que les banques, fournisseurs ... les consultent, il vaut mieux les garder publics ( surtout qu'il y a 36000 sites à contacter pour déréférencer votre société ).

Réponse postée 30 novembre 09:29

@Vincent l'appel est "moins cher" parce que tu plaides avec les mêmes arguments ?

@VincentB, sans lire le contrat, est-ce que vous pouvez donner un ordre d'idée des étapes et des coûts à mettre en œuvre sur ce type de cas ?

Genre :

  • Lecture / analyse du contrat / contexte (xxx €)

  • Si ok, négociation amiable (forfait xxx € / forfait + % des gains ...)

  • Si pas de négo, tribunal (forfait xxx € / forfait + % des gains ...)

  • ...

Histoire d'avoir une idée de l'intérêt ou non d'aller plus loin.
J'imagine bien que chaque cas sera particulier, mais je crois que sous le coup de la colère (légitime), on veut toujours attaquer par principe. Mais au final, on n'y gagne pas forcément grand chose.
Avoir quelques idées de ce que ça peut coûter permettrait de voir l'intérêt ou non de se lancer.

Réponses  : 18
Like  : 0
Vues : 253

Réponse postée 29 novembre 17:09

Non, je répondais à ton affirmation erronée, nuance.

Que ce soit à l'acte où sur le long terme, une mise en sommeil sera toujours moins chère qu'une radiation/création, lorgnette ou pas.

On attend toujours tes calculs, hein, surtout concernant l'affirmation qu'une société en sommeil coûte de l'argent (bonne chance pour prouver ça sur un délai inférieur à 10 mois, d'ailleurs...).

@VincentB

Comment pouvez-vous dire que ça va me couter plus cher qu'une mise en sommeil ? D'après mes calculs c'est plutôt le contraire 🤔

Réponses  : 7
Like: 1
Vues : 213

Réponse postée 29 novembre 17:04

Complètement d'accord avec DevAndOps. Il y a eu un petit trou par lequel passer pendant deux ans où ils déroulaient le tapis rouge pour les spécialités IT et IA (avec visa et statut spécialement fait pour), mais la porte s'est très vite refermée semble-t-il...

Réponse postée 29 novembre 17:00

Je comprends que tu sois agacé, mais il faut que tu comprennes la position d'un avocat qui se déclare officiellement : tout ce qu'il avance à son client pourra se retourner contre lui, surtout en cas de défaite. C'est pour ça qu'il demandera toujours à voir le contrat, parce que non seulement la version que tu donnes est la tienne (et nous avons tous une tendance à être subjectif), mais aussi parce que la loi ce n'est pas que l'interprétation d'un avocat ou de son client, c'est au final l'avis d'un juge qui n'est jamais garanti d'avance. Donc, au contraire, méfie-toi des avocats qui t'annoncent un résultat garanti ou qui sont sûrs d'eux à 100% sans avoir lu toutes les clauses, même celles qui te paraissent anodines. Si elles y sont, c'est qu'elles peuvent changer l'interprétation du tout au tout.

@VincentB, sans lire le contrat, est-ce que vous pouvez donner un ordre d'idée des étapes et des coûts à mettre en œuvre sur ce type de cas ?

Genre :

  • Lecture / analyse du contrat / contexte (xxx €)

  • Si ok, négociation amiable (forfait xxx € / forfait + % des gains ...)

  • Si pas de négo, tribunal (forfait xxx € / forfait + % des gains ...)

  • ...

Histoire d'avoir une idée de l'intérêt ou non d'aller plus loin.
J'imagine bien que chaque cas sera particulier, mais je crois que sous le coup de la colère (légitime), on veut toujours attaquer par principe. Mais au final, on n'y gagne pas forcément grand chose.
Avoir quelques idées de ce que ça peut coûter permettrait de voir l'intérêt ou non de se lancer.

Réponses  : 18
Like  : 0
Vues : 253

Réponse postée 29 novembre 13:22

Radier c'est 500€, contre 100€ pour mettre en sommeil. C'est pas vraiment balle au centre.

Réactiver c'est 60€, alors que créer à nouveau c'est entre 500 et 1000€ sans compter les frais de prestation.

Là encore avantage de loin à la mise en sommeil....

@VincentB

Comment pouvez-vous dire que ça va me couter plus cher qu'une mise en sommeil ? D'après mes calculs c'est plutôt le contraire 🤔

Réponse postée 28 novembre 16:55

Ce sont des choses qui arrivent, les retards... Mais pas les annulations de dernière minute. Ça, c'est cavalier.

Pour moi le contrat commence à la date prévue, sauf avenant contresigné, et l'ESN doit payer... Mais quoi ? Quelle prestation devrait-elle payer ? Le contrat a commencé, certes, mais ce n'est pas un contrat de travail, aucune rémunération n'est due sinon pour la prestation effectuée (si je ne m'abuse).

Donc hors indemnité de rupture si elle est prévue dans le contrat, je ne sais pas trop ce que tu pourrais réclamer ?