Des aides pour devenir freelance

5 min
292
0
0
Publié le mis à jour le

Par souci d’indépendance ou pour une reconversion professionnelle, il est possible que l’on ait envie de quitter son statut de salariat et de se lancer dans le freelance. Il y a de nombreux employés qui ont opté pour cette transition et qui ne l’ont jamais regretté. Travailler à son compte présente de nombreux avantages, même si cela implique de plus grandes responsabilités. Si vous prévoyez de démissionner et de créer votre propre entreprise, vous pouvez bénéficier de certaines aides. Assurez-vous juste de remplir les conditions d’éligibilité pour espérer en profiter.

Pourquoi quitter son CDI pour devenir freelance ?

Il y a une nette différence entre le statut de freelance indépendant et celui de salarié. Il suffit d’effectuer une petite comparaison entre ces deux aspects pour vous en convaincre. Environnements, fiscalités, contraintes, cotisations sociales, contrats… tout est différent. Même en ce qui concerne le temps de travail, il est encadré par la loi pour les salariés, alors que les freelances ne sont soumis à aucune règle. Devenir indépendant garantit une grande liberté, en tous points. Vous n’êtes même pas soumis à une obligation de loyauté et de fidélité, même si d’autres obligations peuvent être incluses dans vos différents contrats (confidentialité, non-concurrence, etc.). De plus, le salarié qui souhaite se convertir en freelance peut prétendre à de nombreuses aides.

Les différentes aides disponibles pour créer sa propre entreprise

L’ACRE

L’ACRE (Aide à la Création ou à la Reprise d’Entreprise) est une nouvelle aide adressée aux créateurs et aux repreneurs de société. Auparavant, on parlait d’ACCRE (Aides aux Chômeurs Créateurs et Repreneurs d’Entreprise). L’objectif de cette subvention est d’offrir une exonération totale ou partielle des cotisations sociales pour la première année d’activité. Il peut s’agir d’allocations familiales, de retraite, de maternité, de maladie, ou autre. Cette aide se présente comme un véritable coup de pouce au démarrage.

Il faudrait tout de même préciser que depuis le 1er janvier 2020, la réforme de l’ACRE a durci les conditions d’éligibilité. Désormais, l’aide s’adresse principalement à tous les jeunes et aux demandeurs d’emploi qui sont indemnisés ou inscrits sur Pôle emploi depuis plus de 6 mois. Toutes les personnes qui désirent bénéficier de l’ACRE doivent également exercer un contrôle effectif sur leur entreprise, ou au moins en détenir plus de 50 % du capital.

À préciser tout de même que si le demandeur a bénéficié de l’ACRE durant les 3 dernières années, il lui sera impossible d’effectuer une autre demande. En plus de cela, il faudrait aussi que le revenu d’activité soit inférieur à 30.852 euros. Sans cela, vous ne pouvez pas être éligible à cette aide.

Les allocations chômage et aides pôle emploi

Dans certains as, il est possible de cumuler certaines aides avec vos revenus. Cela vous permettra d’avoir un niveau de rémunération stable, malgré le fait que votre revenu soit faible (surtout lors des débuts).

-        Cumul des revenus avec l’ARE

Avec l’ARE (Allocation d’Aide au Retour à l’Emploi), vous avez la possibilité de cumuler vos revenus d’activité à certaines conditions. La première chose à faire, c’est d’être allocataire Pôle Emploi. Pour cela, vous devez vous adresser directement à Pôle Emploi et leur soumettre votre envie de créer une entreprise. Précisez ensuite le montant de la rémunération que vous obtenez avec votre activité d’entrepreneur.

En d’autres termes, vous pouvez bien cumuler vos revenus professionnels et vos allocations de chômage. Mais il faut savoir que le montant global ne saurait surpasser votre ancien salaire.

-        ASS (Allocation de Solidarité Spécifique)

À l’issue de vos droits de chômage, vous pouvez bien prétendre à l’ASS si vos revenus d’activité professionnelle ne dépassent pas 1171,80 euros. Il y aura également d’autres conditions à remplir parmi lesquelles, la nécessité d’avoir travaillé pendant 5 ans au moins.

-        ARCE (Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise)

Les profils inscrits à Pôle Emploi ayant bénéficié de l’ACRE et de l’ARE peuvent aussi disposer de l’ARCE. Par contre, le maintien de l’ARE avec l’ARCE n’est pas possible. Il est indispensable d’opter pour l’un des cumuls suivants : ACRE et ARCE, ou ACRE et ARE.

-        Prime d’activité

Autrefois appelée RSA activité, la prime activité est une aide d’État qui incite les travailleurs aux modestes revenus à entreprendre. Ils peuvent soit reprendre une activité professionnelle, soit exercer. Pour bénéficier de cette prime, il faudra s’adresser à la CAF (Caisse d’allocations familiales).

Les prêts bancaires et prêts d’honneur

À la suite de votre démission, les banques doivent être votre premier allié pour obtenir un financement et lancer votre activité. Vous devez tout de même prendre le temps de préparer un solide dossier, pour convaincre votre banquier de vous suivre dans votre aventure entrepreneuriale. L’argumentaire est très important dans ce cas. N’hésitez pas à vous procurer des références et à les réunir, à lui présenter ensuite votre prévisionnel, et un support qui relate tous les tenants et les aboutissants de votre projet.

Concernant les prêts d’honneur, ce sont des prêts personnels à taux 0. Il s’agit là d’un levier très intéressant, pour vous permettre d’obtenir des prêts bancaires. Vous pouvez vous rapprocher des réseaux Entreprendre et des réseaux France Initiative pour soumettre une demande.

Les aides et subventions publiques

Parmi les autres sources de financement pour vous lancer dans le freelance IT, il y a le BPIFRANCE, le FISAC, LES RÉGIONS, NACRE.

Concernant BPIFRANCE, c’est une Banque Publique d’Investissement qui vous propose divers types de prêts, et même des prêts d’amorçage. Il faudrait tout de même préciser que ces prêts concernent des secteurs d’activité et des régions bien précis. La BPI distribue même des prêts venant en garantie de prêts bancaires.

Le FISAC (Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce) est similaire à la prime d’aménagement du territoire (PAT). C’est une aide de l’État qui vient soutenir les artisans et les commerçants qui se trouvent dans certaines villes et zones rurales.

Quant au NACRE (Nouvel Accompagnement pour la Création d’Entreprise), il offre aux créateurs et repreneurs d’entreprise un accompagnement sur 3 ans. Depuis le montage de son projet jusqu’au démarrage de l’activité, en passant par les prévisions et structurations financières, il aura l’appui qu’il faut. Cette aide dépend tout de même de la région et d’autres conditions inhérentes.

 Des questions, n'hésitez pas à les poser sur le forum ! 

Boostez vos projets IT

Les meilleures missions et offres d’emploi sont chez Free-Work

Continuez votre lecture autour des sujets :
# Métier
# RH

Commentaire

Dans la même catégorie