Le langage Java sur le déclin ?

6 min
155
0
0
Publié le

Le dernier index Tiobe place une nouvelle fois Python en tête des langages de programmation les plus populaires. Ce classement se base sur le nombre de recherches du langage sur les moteurs de recherche. L’ascension de Python n’est donc pas exclusivement due à l’augmentation des recherches. Elle est surtout liée au déclin de popularité d’autres langages. Parmi eux, Java se retrouve à la troisième position avec une baisse de 2,41 % en 2021. Le constat est le même dans les rapports Stackoverflow où le langage Java a depuis longtemps quitté les podiums pour apparaître au minimum en 7e place des langages de programmation préférés, loin derrière Rust, C# ou encore C++

Pourquoi un tel déclin de la programmation en Java ? Découvrez-le dans cet article.

Pourquoi le langage Java est-il considéré sur le déclin ?

Un rythme de mise à jour lent

Au départ, lors de son lancement en 1995, le langage Java était mis à jour une à deux fois par an. Cependant, entre la version 6 de Java paru en 2006 et la version 7, il s’est écoulé plus de 5 ans ! Ce retard a impacté les évolutions des normes et fonctionnalités du langage et a surtout pu donner l’impression que Java était un langage abandonné et peu maintenu.

Après qu’Oracle ait acquis Java, cette perception a continué, car les releases suivantes étaient toujours séparées de 3 ans l’une de l’autre.

Un langage déconseillé pour le développement mobile

Depuis que Oracle a poursuivi Google en justice pour les modifications apportées à Java afin d’être adaptées à la plate-forme Android, Google a commencé à promouvoir Kotlin comme langage recommandé pour la création d’applications Android natives. 

Tous les exemples de code fournis par Google dans sa documentation sont ainsi disponibles en Java, mais aussi en Kotlin…

Du côté d’IoS, Apple déconseille également (voire rend impossible) l’utilisation de Java à la faveur d’autres langages de programmation : Swift et Objective-C.

Le déclin d’Oracle

Pour de nombreux développeurs, la perception du déclin de Java est liée à celle d’Oracle.

La société qui a racheté le langage de programmation en 2009 semble en difficulté depuis près de 8 ans. En plus d’ennui financier et organisationnel, la firme perd aussi en puissance sur le cloud à cause de la concurrence d’AWS et d’Azure.

Au niveau des SGBD, Oracle est de même devancé par MySql, PostgreSQL, Microsoft SQL Server, SQLite ou encore MongoDB. Ce déclin impacte l’ensemble de l’écosystème Oracle et Java.

Une réputation de langage lourd et peu performant 

Java a la réputation d’être un langage de programmation lourd et complexe qui freine le travail et la productivité des développeurs par rapport à d’autres technologies.
Les principaux reproches qui lui sont faits sont :

  • que Java est un langage très gourmand en ressources. Il consomme beaucoup de mémoire et de CPU et est nettement plus lent que des langages natifs comme C++ ou C, car chaque morceau de code doit être interprété.

  •  qu’il n’est pas adapté au web, car le langage et ses API ne sont pas orientés dans ce sens ;

  • que la syntaxe Java est trop verbeuse et complexe ;

  • que la gestion de la mémoire est difficile en Java. Mal configuré, le ramasse-miettes (garbage collector) peut affecter les performances de l’application en arrêtant tous les autres threads le temps de son exécution.

Faut-il continuer à se former à la programmation en Java ?

Si le langage de programmation Java semble autant sur le déclin, est-il judicieux pour les programmeurs et développeurs IT de continuer à se former sur cette technologie ?

La réponse est simple : oui.

Même s’il peut sembler en perte de vitesse, la popularité passée de Java en fait un des langages qui reste le plus utilisé dans le monde. La philosophie du langage Java repose sur le principe « Write once and run anywhere » (écrire une fois et exécuter partout) et permet aux développeurs d’écrire le code Java sur un système et de l’utiliser sur d’autres. 

Les offres de missions et emplois en Java demeurent importantes et de nombreuses entreprises peinent encore à recruter des profils compétents dans ce domaine.

Java n’est en effet pas qu’un langage, il représente désormais tout un écosystème (Java EE ou J2EE) composé de librairies, plateformes, API et frameworks.

La popularité des frameworks Java

Les frameworks Java fournissent du code pré-écrit qui peut être réutilisé pour concevoir une application. Ils prennent généralement en charge les problèmes de sécurité, les connexions à la base de données, etc. Ces cadres de développement vont aussi pallier les reproches qui sont faits au langage en optimisant notamment la création d’application web et mobile. Les frameworks Java les plus populaires sont :

Spring 

Spring est un framework Java léger, open source et très populaire notamment pour la création d’applications Web. Il s’agit d’un framework modulaire qui peut être utilisé pour développer n’importe quelle couche du projet. Les dépendances sont gérées par le framework lui-même plutôt que de dépendre des bibliothèques du code.
De plus, Spring est compatible avec les configurations XML et peut  établir des connexions JDBC. 

Hibernate

Hibernate est un framework Java ORM (Object-Relational Mapping) qui mappe un modèle orienté objet à une base de données relationnelle. Cela se traduit par une optimisation de la communication entre Java et les systèmes de gestion de bases de données relationnelles. Hibernate peut être facilement connecté à plusieurs SGBD comme Oracle, MySQL et autres. De plus, il permet de manipuler des ensembles de données complexes avec un minimum de codage.

Struts

Apache Struts est un autre framework web Open Source et basé sur l’architecture Modèle-Vue-Contrôleur (MVC).

Ce framework aide à structurer une application Java sous la forme d’un ensemble d’actions (décrites dans un fichier de configuration XML) et représentant des événements déclenchés par les utilisateurs.

Struts permet aussi d’automatiser certains aspects du développement comme la validation des données en entrée.

Une demande constante

Après près de 26 ans d’existence, la demande en Java se porte toujours très bien. Et, si le langage connaît une baisse de popularité du côté des développeurs, ce n’est visiblement pas la même chose du côté des entreprises. Selon une étude, plus de 90 % des entreprises du Fortune 500 utilisent toujours Java pour leurs projets de développement.

En raison de sa solidité et de son évolutivité, il est utilisé aussi bien pour le développement mobile que pour les applications de bureau et serveurs et même sur les projets industriels à grande échelle. Il gagne également en crédibilité et en popularité dans le domaine de l’Internet des objets (IoT) et du cloud computing.

Depuis 2018, Oracle a aussi augmenté le rythme d’évolution et de mise à jour du langage. Afin de garder le langage compétitif face à ses concurrents, Mark Reinhold, l’architecte en chef de la plate-forme Java, a modifié le calendrier des releases pour passer à « une publication de fonctionnalité tous les six mois ».

Enfin, Java est soutenu par une large communauté et compte près de 8 millions d’utilisateurs actifs dans le monde.

Et vous, en tant que professionnel de l’IT, que pensez-vous de l’évolution du langage de programmation Java ?  Pensez-vous qu’il reste un langage de choix pour les développeurs ou vaut-il mieux se former à d’autres technologies et langages ? N'hésitez pas à nous partager vos avis sur le forum ! 

Sources et liens utiles

Boostez votre carrière

Les meilleures offres d’emploi sont chez Free-Work

Notre CVthèque est la première source de recherche de talents pour + 1 000 entreprises. Déposez votre CV et postulez en un clic !

Continuez votre lecture autour des sujets :
# Trend
# Développeur

Commentaire

Dans la même catégorie