Cloud : les grandes tendances à venir en 2024

5 min
393
0
0
Publié le

En 2024, il y a fort à parier que les nouveaux modèles cloud continueront de progresser. L’edge computing, notamment, optimisera rapidité et résilience des traitements. Le serverless révolutionnera les applications cloud. Surtout, le cloud de confiance, conjuguant transparence et sécurité des données, s'imposera face aux risques croissants de fuites. Tour d’horizon des changements à venir dans le cloud.

Le cloud de confiance, le modèle de référence pour les données sensibles

En 2024, le cloud de confiance (dispositif d’accompagnement vers l’obtention du visa de sécurité SecNumCloud à destination de nos startups et PME) atteindra la maturité afin de constituer le modèle cloud de référence en France pour les organisations manipulant des données sensibles.

Ses atouts décisifs ? La garantie de localisation des données, la transparence totale des traitements, la réversibilité aisée des transferts et un haut niveau de sécurisation face aux cybermenaces. Autant de gages de souveraineté technologique pour les entreprises et les institutions publiques.

En parallèle, on peut citer également le consortium NumSpot qui aura également concrétisé son ambition de fédérer les forces vives du numérique européen autour d'une infrastructure et d'une solution PaaS à la pointe en matière de confidentialité, de réversibilité et de résilience des données.

L'hybridation cloud, la norme en 2024

L'hybridation des architectures cloud, qui a le vent en poupe, sera devenue la norme pour une majorité d'organisations. Concrètement, ce modèle consiste à interconnecter des plateformes cloud publiques à des infrastructures sur site pour tirer parti des avantages respectifs de chaque solution.

Plusieurs facteurs expliquent que ce type de montage s'imposera en 2024. Tout d'abord, le cloud hybride offre une flexibilité accrue aux entreprises en leur permettant d'allouer dynamiquement leurs charges de travail en fonction des fluctuations de leurs besoins métiers.

Ensuite, cette approche garantit un meilleur contrôle des données critiques, qui peuvent demeurer hébergées en interne, tout en bénéficiant des innovations des plateformes cloud publiques pour le traitement d'informations moins sensibles.

De plus, le cloud hybride constituera souvent une première étape vers la migration complète vers le full cloud pour les organisations au système d'information historique complexe. 

Conséquemment, on assistera en 2024 à une intensification des efforts des hyperscalers (AWS, Microsoft Azure et Google Cloud Platform) pour proposer des solutions facilitant l'hybridation avec leurs plateformes. Interface de gestion unifiée, migration transparente des workloads, analytics inter-environnements... Les innovations pulluleront en la matière.

L'Edge computing, accélérateur de la transformation numérique

L’Edge computing consiste à déporter une partie du stockage et du traitement des données collectées depuis les datacenters vers des serveurs situés en périphérie des réseaux, à proximité des utilisateurs. Ces mini-datacenters localisés près des sources de données présentent de nombreux avantages :

  • Gain de temps : l'Edge computing optimise le traitement des données en temps réel. En réduisant la latence, cette technologie permet un fonctionnement optimal d'applications critiques comme les véhicules autonomes ou la e-santé qui nécessitent des délais de réaction très courts. 

  • Renforcement de la résilience : Les mini-datacenters locaux de l'Edge computing assurent la continuité du traitement des flux essentiels même en cas de rupture du réseau avec le cloud central.

  • Réduction de la consommation énergétique : cette approche évite l'envoi systématique de toutes les données dans le cloud distant, ce qui diminue l'empreinte énergétique.

  • Respect de la vie privée : le traitement local des données par l'Edge computing favorise la gestion et la protection des données personnelles.

Ainsi, de par ses bénéfices, l'Edge computing s'impose comme un accélérateur incontournable de la transformation numérique.

Le serverless, future pierre angulaire du cloud ?

Le serverless computing s'impose ces derniers mois comme le concept le plus prometteur du cloud, faisant naître de nombreux espoirs. Derrière cette appellation opaque se profile un modèle d'exécution innovant des applications, reposant sur les atouts des plateformes cloud publiques.


Ce paradigme présente plusieurs avantages certains :

  • Simplicité inégalée pour les équipes de développement, dispensées de toute gestion d'infrastructures. Le provisionnement et l'administration des serveurs sont entièrement délégués et automatisés au sein de la plateforme cloud.

  • Facturation à la seconde des ressources consommées, offrant une élasticité et une rentabilité maximales. Seul l'exécution effective du code est facturée.

  • Haute disponibilité intrinsèque du fait de l'absence de maintenance de serveurs. Les mises à jour et la résilience face aux pannes sont entièrement gérées par le fournisseur cloud.

  • Sécurité renforcée grâce à l'externalisation des patches et corrections du SI à la plateforme.

Inscription à la newsletter

Si vous êtes passioné.e d'IT, vous allez adorer notre newsletter

Politique de confidentialité

La sécurité cognitive, rempart face aux cybermenaces

Face à l'explosion des cyberattaques, de nouvelles approches de sécurité émergent pour renforcer la protection des environnements cloud des entreprises.

Appelées « sécurité cognitive », ces stratégies exploitent les technologies d'intelligence artificielle (IA) et d'apprentissage automatique (machine learning) pour passer d'une posture réactive à une logique proactive.

Dans les faits, des systèmes cognitifs modélisent les schémas et techniques des hackers pour anticiper leurs prochaines offensives. Ils scrutent ainsi les moindres signaux faibles pouvant présager des campagnes de phishing à grande échelle ou des intrusions avancées dans les SI. 

À cet égard, IBM fait partie des pionniers à intégrer ce type de briques comportementales dans ses solutions de sécurisation du cloud.

Par ailleurs, le machine learning autorise une surveillance évolutive et contextuelle, adaptée au niveau effectif de menaces et aux profils de risques. Cette approche offre un meilleur ratio coût-efficacité qu'une stratégie de sécurité statique.

À terme, la sécurité cognitive appliquée au cloud ouvre la voie à une segmentation dynamique des accès ou à une neutralisation automatique des cyberattaques. En anticipant les tactiques évolutives des pirates informatiques, elle dote les Security Operation Centers (SOC) d'un temps d'avance décisif.

En conclusion, l'année 2024 marquera très probablement une étape clé dans le développement d’un cloud à la fois plus résilient, plus innovant et doté d’une sécurisation accrue à tous niveaux.

Romain Frutos, rédacteur passionné par l’IT et les nouvelles technologies !

Boostez vos projets IT

Les meilleures missions et offres d’emploi sont chez Free-Work

Continuez votre lecture autour des sujets :

Commentaire

Dans la même catégorie

Au service des talents IT

Free-Work est une plateforme qui s'adresse à tous les professionnels des métiers de l'informatique.

Ses contenus et son jobboard IT sont mis à disposition 100% gratuitement pour les indépendants et les salariés du secteur.

Free-workers
Ressources
A propos
Espace recruteurs
2024 © Free-Work / AGSI SAS
Suivez-nous