← Retour

Labass-IT

Nombre de posts : 47

Inscrit depuis le : 7 août 2021

Suivant
Réponses  : 11
Like  : 0
Vues : 383

Réponse postée 5 décembre 2022 13:21

Bonjour à tous/toutes,

Pour ceux qui ne suivent pas mes posts, j'ai pour projet de passer du salariat au freelance dans l'IT dès l'année prochaine.

Ça, c'est sur le court/moyen terme. Sur le long terme, j'aimerai développer une ESN car il y a une pénurie dans l'IT et toutes les structures, petites et grandes, tendent vers la digitalisation/numérisation/dématérialisation de leurs services.

Je constate aussi qu'il y a beaucoup d'acteurs sur le secteur du recrutement IT donc je me dis qu'il y a encore de la place.

J'aimerai aussi apporter ma touche personnelle dans ce secteur comme :

  • l'accompagnement,

  • la proximité,

  • la formation,

  • la transparence sur les marges

  • et d'autres plus confidentiel 😅

Voici mes questions

  1. Selon vous, quelles sont les principales étapes clés pour créer son ESN en 2022/2023 ?

  2. Qu'est-ce qui fait que vous ne voulez pas travailler avec une ESN ?

  3. Qu'est-ce qui fait que vous voulez travaillez avec une ESN ?

Je précise que je me focaliserai sur les profils freelances.

Merci d'avance pour vos réponses.

Réponses  : 7
Like  : 0
Vues : 208

Réponse postée 19 novembre 2022 16:25

Bonjour,

Je suis actuellement en CDI depuis presque un an en tant que Chef de projet. J'ai pour projet de devenir freelance et je voudrais avoir vos conseils pour négocier au mieux ma RC.

  • Quels arguments mettre en avant ?

  • Quels sont ceux qui peuvent se retourner contre moi ?

  • Quels sont les avantages pour une entreprise de faire une RC ?

  • Quelles sont les démarches a effectuer (courrier avec AR? mail? )

  • Suis-je obligé de rentrer dans les détails du "pourquoi"?

D'après la RH les RC ne sont acceptées que dans des cas très spécifiques. Je pense qu'elle dit ça pour m'en dissuader, je n'ai rien à perdre donc je préfère tenter le coup.

Merci d'avance pour vos retours !

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 19 novembre 2022 14:24

Bonjour à tous !

Ce que je retiens de cette réponse c'est :

J'ai l'impression qu'on complexifie un problème assez simple:

  • soit le TJM est < au prix attendu par le client, il accepte sans négocier

  • soit le TJM est > au prix attendu par le client, il refuse ou négocie selon le gap

Effectivement, c'est un bon résumé 😀

Je ne comprends vraiment pas l'idée de baisser son TJM en full remote

Disons que ça laisse une marge de négo, car au-delà du financier il y a pour ma part un réel gain en équilibre vie perso-pro. Surtout qu'en IDF la circulation peut devenir rapidement un calvaire.

Si en plus tu as une famille et des activités persos (sportives ou autres) ça ne me dérange pas de gagner un peu moins.

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 19 novembre 2022 14:12

Bonjour @La bécarre,

Votre prix n'a pas à être forcément calqué sur ce que le marché attend, votre prix peut tout simplement être ... votre prix.

Nous somme d'accord 🤝

Je suis UX Designer avec 2 ans d'expérience. Si je devais me calquer sur l'hypothétique prix du marché, voici le TJM que je devrais déclarer. Quelque chose comme 350€ ? (les graphiques sont difficiles à lire).

Mon TJM est pourtant de 500€ et sera augmenté à 550€ en 2023, déjà accepté par un client. Ce prix est rarement discuté par mes interlocuteurs. Ceux essayant de négocier à la baisse sont des prospects faiblement qualitatifs (start-up cherchant des alternants, chasseurs de têtes faisant 2 fautes à chaque phrase...). Je n'ai eu aucun trou dans mon emploi du temps depuis Août 2021 et n'en aurait pas jusqu'au moins Mai 2023.

Bravo ! c'est très inspirant !

Les mondes du freelancing et du CDI ne sont pas régis par les mêmes règles, ça ne sert à rien de calquer son prix par rapport à ce qu'on gagnerait (ou gagnait ?) en CDI. En CDI, j'aurais quelque chose comme 3 fois moins mes revenus actuels.

Exactement, c'est pour cela que je préfère tenter le freelancing, marre de prendre les miettes...

Edit : Donc pour vous répondre, 500€ de TJM avec 3 ans d'XP en MOA (malheureusement, alternances / stages ne sont traditionnellement pas considérés comme de l'XP...) ne me choque absolument pas. Vous êtes dans la moyenne, voir un peu en dessous de la moyenne, je dirais.

Donc je ne suis pas à l'ouest quand je demande ce TJM ! Le problème c'est la marge des ESN donc pour ma première mission je vais devoir accepter 450 minimum. En essayant de viser un mission longue avec de la valeur à la sortie. Et ensuite je pourrais aller chercher des TJM plus élevés.

Vous êtes en direct ou vous êtes passé par une ESN ?

Merci beaucoup pour votre témoignage ! Je vous souhaite une très bonne continuation !

Bonjour,

Je viens apporter une réponse que je m'étonne de ne pas avoir lu ici. Votre prix n'a pas à être forcément calqué sur ce que le marché attend, votre prix peut tout simplement être ... votre prix.

Je suis UX Designer avec 2 ans d'expérience. Si je devais me calquer sur l'hypothétique prix du marché, voici le TJM que je devrais déclarer. Quelque chose comme 350€ ? (les graphiques sont difficiles à lire).

Mon TJM est pourtant de 500€ et sera augmenté à 550€ en 2023, déjà accepté par un client. Ce prix est rarement discuté par mes interlocuteurs. Ceux essayant de négocier à la baisse sont des prospects faiblement qualitatifs (start-up cherchant des alternants, chasseurs de têtes faisant 2 fautes à chaque phrase...). Je n'ai eu aucun trou dans mon emploi du temps depuis Août 2021 et n'en aurait pas jusqu'au moins Mai 2023.

Les mondes du freelancing et du CDI ne sont pas régis par les mêmes règles, ça ne sert à rien de calquer son prix par rapport à ce qu'on gagnerait (ou gagnait ?) en CDI. En CDI, j'aurais quelque chose comme 3 fois moins mes revenus actuels.

Edit : Donc pour vous répondre, 500€ de TJM avec 3 ans d'XP en MOA (malheureusement, alternances / stages ne sont traditionnellement pas considérés comme de l'XP...) ne me choque absolument pas. Vous êtes dans la moyenne, voir un peu en dessous de la moyenne, je dirais.

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 19 novembre 2022 14:02

Bonjour @Yohann.H,

Et à partir de 600 je trouve (et personne n'a été a contre-sens avec les commentaires) qu'il faut soit avoir un gros bagage soit être spécialisé

OK c'est vrai c'est ce qui revient dans le fil, donc je vais rester en dessous pour l'instant.

Autre chose, tu veux du remote. C'est bien, mais plus tu as du remote, plus tu seras en concurrence avec des gens de province en remote. Pour du TJM à 600e en remote (n'oublierons pas la marge) tu peux tomber sur des 10 ans+ d'exp.

Oui de préférence, et c'est l'un des seuls cas où j'accepterai de baisser mon TJM. Avec la proximité de mon logement (- de 30 min) et mission très courte. Donc normalement je devrais être en dessous des XP>10 ans sauf ceux qui se bradent....

Aussi, mon avis c'est que mon TJM est mon TJM. Je ne négocie pas sauf éventuellement le mission court (+ chere) que de la mission longue. Vous imaginez aller chez un professionnel de la santé qui vous dit : je prends 50€ la consultation mais c'est négociable ? Si vous annoncez vouloir 450€ in-fine dans votre poche, dites-le, ne dites pas 500 négociable, vous allez vous faire bouffer face à un commerciale sinon. Il vous sortira le speach de OK pour 450 et une fois le client OK, il reviendra gratter 10 ou 20 euros.

Voilà, c’est aussi ce que je pense, nous ne sommes pas sur Leboncoin hein 🙃

Dans mon cas, je reviens sur mon TJ avec la réalité => Il y a une appel d'offres, je sais combien mon client veut payer après marge ESN. Je sais déjà environ où me situer.

Comment faire pour connaitre ce prix après marge ESN? puisque c'est l'ESN qui nous contacte, donc il faut leur demander c'est ça?

Je pourrai dire que ce n'est pas assez mais vois les choses avec un oeil de linx : vais-je gagner bcp de valeur avec ce client ? Oui => Mon TJM sera donc bcp plus gros a la sortie.

Donc si la mission m’apporte beaucoup de valeur, je peux accepter le TJM mini pour être rentable et l'augmenter à la sortie de la mission car j'aurai gagné en valeur/XP. C'est bien ça ?

Est-ce une mission longue ?Oui. J'aime la visibilité et je vais pouvoir augmenter.

Augmenter le TJM pendant la mission ?

Bonjour,

désolé je reprends le file avec 4 jours de retard, je vais donc faire un retour commun à tout ce que j'ai lu.

Y a t-il une différence entre une exp en CDI de 5 ans et 5 ans de freelance ? Pour moi, oui. C'est bête, mais c'est une question de probabilité. Vous préférez avoir un artisan employé ou le créateur de la boite, toutes choses égales par ailleurs ?

Le Rôle du business manager n'est pas de négocier, son rôle c'est d'avoir un portefeuille qui lui rapporte sa prime du variable. Pour cela, il peut être amené a négocier. Mais sachez que si le client veut payer 500 tout rond, il vous demandera de baisser votre TJ ou il prendra quelqu'un d'autre. Si vous voulez 500, il va devoir demander 600 sinon il n'a aucun intéret. Et à partir de 600 je trouve (et personne n'a été a contre-sens avec les commentaires) qu'il faut soit avoir un gros bagage soit être spécialisé

=> Comme je l'ai lu, tu prends des compétences que tu n'as pas en presta. Un AMOA c'est assez facile à avoir.

Autre chose, tu veux du remote. C'est bien, mais plus tu as du remote, plus tu seras en concurrence avec des gens de province en remote. Pour du TJM à 600e en remote (n'oublierons pas la marge) tu peux tomber sur des 10 ans+ d'exp.

Aussi, mon avis c'est que mon TJM est mon TJM. Je ne négocie pas sauf éventuellement le mission court (+ chere) que de la mission longue. Vous imaginez aller chez un professionnel de la santé qui vous dit : je prends 50€ la consultation mais c'est négociable ? Si vous annoncez vouloir 450€ in-fine dans votre poche, dites-le, ne dites pas 500 négociable, vous allez vous faire bouffer face à un commerciale sinon. Il vous sortira le speach de OK pour 450 et une fois le client OK, il reviendra gratter 10 ou 20 euros.

Dernière chose, le TJM ne doit pas sortir du chapeau, il doit être l'objet d'un calcul + analyse de marché + la réalité du terrain.

Dans mon cas, je reviens sur mon TJ avec la réalité => Il y a une appel d'offres, je sais combien mon client veut payer après marge ESN. Je sais déjà environ où me situer. Je pourrai dire que ce n'est pas assez mais vois les choses avec un oeil de linx : vais-je gagner bcp de valeur avec ce client ? Oui => Mon TJM sera donc bcp plus gros a la sortie. Est-ce une mission longue ?Oui. J'aime la visibilité et je vais pouvoir augmenter. Est ce que je connais son périmètre et ses métiers ? Non. => Il ne payera pas plus cher donc.

Désolé c'est brouillon mais je dois filer, (sans relecture ni mise en forme)

A+

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 19 novembre 2022 13:44

Bonjour @ErgoSearch

Déjà si ça passe à 500 euros, ça sera très bien pour "seulement" 5 ans.

Donc annoncez 500 et surtout prévenez que c'est "négociable" pour éviter de fermer la discussion.

C'est là où je suis partagé, car certains disent qu'ils ne faut surtout pas ouvrir cette porte. Mais je comprends votre point de vue, surtout que ça sera ma première XP en freelance. Je pense que c'est surtout pour les 2 ou 3 premières XP où on peut laisser la porte de la négo ouverte.

Certains commerciaux font la fine bouche et partent direct voir ailleurs sinon.

Voilà donc il faut tout faire pour être en direct rapidement...

Bonjour

Déjà si ça passe à 500 euros, ça sera très bien pour "seulement" 5 ans.

Donc annoncez 500 et surtout prévenez que c'est "négociable" pour éviter de fermer la discussion.

Certains commerciaux font la fine bouche et partent direct voir ailleurs sinon.

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 19 novembre 2022 13:34

Bonjour @informaticien.500

que l'élément principal qui détermine le prix d'une marchandise est la rareté. La rareté crée un déséquilibre entre l'offre et la demande qui fait augmenter le prix.

Donc nous sommes des marchandises... 😅 Selon vous quelles sont les spécialités techniques les plus recherchées et les plus valorisées sur le marché ?

Toutes les études disent qu'il y a, et qu'il y aurait encore plus à l'avenir une rareté des compétences en informatique. l'informatique est une discipline scientifique établie depuis peu (3 décennies à mon sens) et clairement définie. Donc ce qui est appelé dans ce fil dev, des fois on dit technique (vs fonctionnel). C'est plutôt ces gens là qui sont rares et qui ne connaissent quasiment pas le chômage depuis longtemps et transcendent toutes les crises économiques même les plus violentes.

Donc selon vous, il est préférable d'avoir un profil technique et si possible avec une expertise précise pour faire partie de la catégorie la plus chère ?

Encore merci pour toutes ces contributions et j'invite tous les vieux de la vieille dans le freelancing d'y contribuer pour nous imprégner de leurs expériences sur le sujet, je pense que ça sera très utile pour plein de monde.

Il y a un truc qui a été dit dans ce fil sur lequel je ne suis pas d'accord.

On est bien dans une économie capitaliste du marché. Il est du sens commun, dans ce type d'économie, que l'élément principal qui détermine le prix d'une marchandise est la rareté. La rareté crée un déséquilibre entre l'offre et la demande qui fait augmenter le prix. Toutes les études disent qu'il y a, et qu'il y aurait encore plus à l'avenir une rareté des compétences en informatique. l'informatique est une discipline scientifique établie depuis peu (3 décennies à mon sens) et clairement définie. Donc ce qui est appelé dans ce fil dev, des fois on dit technique (vs fonctionnel). C'est plutôt ces gens là qui sont rares et qui ne connaissent quasiment pas le chômage depuis longtemps et transcendent toutes les crises économiques même les plus violentes. Et là je ne parle pas de la reconversion à la va vite (avec tous mes respects pour ceux qui s'y orientent) en informatique. Il s'agit des informaticiens formés avec les méthodes adéquates et avec le temps adéquat (en principe 4 ans pour faire un ingénieur informaticien minimum).

Moi je pense que c'est cette catégorie là qui doit être la plus chère.

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 19 novembre 2022 13:28

Bonjour @informaticien.500 !

C'est un peu plus compliqué que ça (en mieux 😃)

J'avoue c'est un calcul très grosse maille 😅 !

J'ai établit une formule simple qui marche dans la plupart du temps pour un AE prestataire informatique, en BNC donc (en réalité micro entrepreneur):

En annuel: Net = CA x 0,8548

Comment avez-vous fait pour trouver ce coeff ?

Merci pour votre contribution ça va m'aider !

Pour calculer mon salaire net en AE, je divise le CA par 2 ? grosse maille ?

400*20 = 8000

8000/2 = 4000€ nets

C'est un peu plus compliqué que ça (en mieux 😃)

J'ai établit une formule simple qui marche dans la plupart du temps pour un AE prestataire informatique, en BNC donc (en réalité micro entrepreneur):

En annuel: Net = CA x 0,8548

Valable sans le prélèvement libératoire. Un peu moins avec mais il faut recalculer le coefficient.

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 19 novembre 2022 13:24

Bonjour,

@michel95 merci pour ce retour complet ! en plus tu es très expérimenté do,c tu as beaucoup plus de recul !

Pour tester le tarif, quand il s’agit d’une demande de sous-traitance uniquement, plutôt que d’annoncer son tarif on peut au préalable demander la communication du budget. L’efficacité est aléatoire mais cela a le mérite d’éviter les discussions inutiles. Personnellement ne travaillant plus qu’en direct, mais pour l’avoir expérimenté, la sous-traitance peut se révéler très utile pour trouver des idées de prestations.

+1 merci pour ce conseil je n'y avais pas pensé. C'est vrai que ça peut éviter de perdre du temps.

@Labass-IT. Si l’on ne s’intéresse qu’au tarif il semble que le fonctionnel soit nettement plus valorisé que la technique et il serait intéressant d’avoir d’autres témoignages sur ce point.

Je vais donc faire un focus sur ce point dans mes candidatures. Mais comme le dit @DevAndOps se spécialiser peut aussi avoir un avantage. Du coup je suis un peu perdu ! Au vue du marché, vaudrait-il mieux me spécialiser techniquement sur une niche ou développer le côté fonctionnel de mes compétences ?

Bonjour,

@Labass-IT. Pour tester le tarif, quand il s’agit d’une demande de sous-traitance uniquement, plutôt que d’annoncer son tarif on peut au préalable demander la communication du budget. L’efficacité est aléatoire mais cela a le mérite d’éviter les discussions inutiles. Personnellement ne travaillant plus qu’en direct, mais pour l’avoir expérimenté, la sous-traitance peut se révéler très utile pour trouver des idées de prestations.

Quant à l’AMOA dont il est question c’est très vaste, elle peut recouvrir de nombreuses situations différentes et dépend aussi de son étendue. Pour les tarifs évoqués par certains je ne peux parler que de ce que je constate dans une spécialité que je connais bien. Pour un AMOA travaillant dans ce que l’on pourrait considérer comme une niche, avec une expérience supérieure à 5 ans, une formation d’ingénieur en informatique et/ou gestion et/ou ou autre, une orientation fonctionnelle (voir en particulier les explications détaillées de DevAndOps) et pour une mission inférieure à 30 jours, le TJM typique est de 1000 €. Le tarif est le même que ce soit en région parisienne ou en province. @Labass-IT. Si l’on ne s’intéresse qu’au tarif il semble que le fonctionnel soit nettement plus valorisé que la technique et il serait intéressant d’avoir d’autres témoignages sur ce point.

DevAndOps a écrit :

Dans le cas général, pourquoi peut-on acheter de la prestation à un prix raisonnable ?

C'est parce que le prestataire fait office de sous-traitant (l'entreprise utilisatrice possède encore le savoir-faire et pilote la prestation). Le donneur d'ordre a une parfaite connaissance de l'effort à fournir par le presta et contrôle le prix.

Si l'entreprise utilisatrice a perdu le savoir-faire, elle passe alors dans un mode dit "d'externalisation", donc non-maitrise du savoir-faire, et c'est là que les prix s'envolent.

Tout à fait.

On pourrait également ajouter un troisième cas qui peut engendrer une externalisation, c’est celui de l'entreprise utilisatrice qui n’a jamais disposé du savoir-faire ou qui est persuadée en disposer jusqu’à l’apparition d’un point dur. Cela existe fréquemment dans les PME et marginalement dans les grandes entreprises. Il y a donc là des créneaux à exploiter pour les freelances.

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 11 novembre 2022 17:11

Bonjour

Merci 😉

Je vote pour que ce file soit élu meilleur file de l'année. Un grand merci pour toutes ces contributions.

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 11 novembre 2022 17:11

Salut DevAndOps,

Tout d'abord merci beaucoup pour votre contribution car elle permet de répondre à la question selon un autre pont de vue, à savoir les achats.

"Achat d'un DEV générique à 550, achat d'un infra générique à 450"

Ma question peut paraitre "bête" mais qu'entendez-vous par "générique" ?

achat d'un AMOA ayant déjà exercé dans le métier cible à 450.

Exemple : AMOA appli Comptable --> avoir déjà travaillé en comptabilité

Certains profils sont capables de délivrer une plus forte valeur ajoutée, donc, sont mieux valorisés. Par exemple : DEV avec un compétence SOA avérée, DEV avec une compétence ETL/ESB avérée, OPS avec une certif réseau, DEVOPS, etc... Ceux là se placeront dans des zones entre 600 et 700.

Si je comprends bien pour passer à 600€, il faut avoir une compétence spécifique. Ici vous parlez de votre domaine le DevOps, mais auriez-vous un exemple en MOA? Je pense à une certif Scrum/Agile. Est-ce que j'ai bon?

Je rappelle nos contributions sur la définition du freelance : https://www.free-work.com/fr/tech-it/forum/t/definition-du-freelance

Ajouté aux favoris merci ✔️

1/ je n'achète jamais de DEV ou infra "générique". Ca n'a aucun sens. Ca vient en contradiction avec la notion de freelance, d'indépendance et d'autonomie.

En attendant ta définition de "générique", si on part du principe que c'est quelqu'un qui n'a pas de spécialité, je pense qu'en MOA on peut ne pas avoir de spécialité sur le métier/business, et pour autant, être autonome sur la partie "gestion de projet".

Je n'achète que des compétences que je n'ai pas en interne

ça a du sens...

je n'ai jamais acheté un presta en dessous de 30 ans

C'est discutable ,car on peut très bien avoir un 25 ans et être très calé et professionnel.

Comme dirais un joueur de foot célèbre : "tu m'parles pas d'âge !" 😄

Mais je comprends très bien où vous voulez en venir.

Pour finir, je tente de répondre à la question posée : "500€... Est-ce trop élevé selon vous?". Selon moi, c'est effectivement trop élevé pour beaucoup de raisons déjà évoquées ci dessus :

  • Quelle autonomie du candidat ?

  • Quelle connaissance des métiers ?

  • Est-ce que VA produite dans l'entreprise > CA(consultant) ?

  • ....

OK c'est noté !

Mais j'ai l'impression qu'on ne peut pas forcément répondre à ces questions avant d'avoir commencé. Je me trompe ?

Je veux dire par là qu'on peut confronter l'XP avec les besoins et si ça matche, GO signer le contrat !

Mais on ne saura qu'après un mois ou plus si le freelance est autonome, apporte de la VA et connais réellement bien le métier.

Dans mon cas, j'ai des retours d'ESN, ce qui veut dire que mon profil et un peu intéressant, donc apriori je coche certaines cases mentionnées.

Je rejoins certains contributeurs qui proposent de tâter le terrain à 400 pour se faire la main. De toutes façons, ton salaire net sera toujours supérieur à ce que tu gagnais en tant qu'employé.

Vous voulez tous baisser mon CA ! non, je rigole, j'étais surement pas assez réaliste et je vais surement revoir les choses à la baisse.

Pour calculer mon salaire net en AE, je divise le CA par 2 ? grosse maille ?

400*20 = 8000

8000/2 = 4000€ nets

Ton contrat initial sera de 3 mois, comme la très grande majorité d'entre nous. Tes futurs prospects ne connaitront pas ce TJM. Donc, il n'y a aucun risque sur le long terme.

Ça peut être une bonne stratégie. Commencer à 400€-450€, et me former en parallèle pour bénéficier d'un avantage concurrentiel sur les prochaines missions.

En tous cas, merci énormément pour ta disponibilité et le temps que tu as passé à répondre 😉🤝

Salut,

étant moi-même acheteur de presta, je vais expliquer ce qui se passe dans la tête du gars qui détient un budget :

  • Il y a une hiérarchie entre les fonctions. Achat d'un DEV générique à 550, achat d'un infra générique à 450, achat d'un AMOA ayant déjà exercé dans le métier cible à 450.

  • Certains profils sont capables de délivrer une plus forte valeur ajoutée, donc, sont mieux valorisés. Par exemple : DEV avec un compétence SOA avérée, DEV avec une compétence ETL/ESB avérée, OPS avec une certif réseau, DEVOPS, etc... Ceux là se placeront dans des zones entre 600 et 700.

  • On monte encore avec la notion d'architecture... En fonction du domaine, on passe à l'achat entre 800 et 1000.

  • Middle-Manager : on est entre 700 et 1000 en fonction des compétences techniques avérées.

  • CIO, CTO : on passe la barre des 1000.

Je rappelle nos contributions sur la définition du freelance : https://www.free-work.com/fr/tech-it/forum/t/definition-du-freelance

Quelques remarques :

1/ je n'achète jamais de DEV ou infra "générique". Ca n'a aucun sens. Ca vient en contradiction avec la notion de freelance, d'indépendance et d'autonomie.

2/ Je n'achète que des compétences que je n'ai pas en interne. Mon dernier achat : 50 jours pour migrer 35 contrôleurs de domaines répartis sur 17 pays. TJM d'achat 600.

3/ Pour toutes les raisons déjà exprimées, je n'ai jamais acheté un presta en dessous de 30 ans.

4/ Le contre-exemple, ce sont les ESN qui décrochent un contrat pour 10 consultants dans des grandes banques. Les ESN envoient directement les consultants sur les postes sans en référer au client. Le niveau des gens staffés est réellement calamiteux. Explication : le TJM souvent proche de 320 euros couvre la masse salariale des consultants. (Consultants en CDI). J'ai déjà vu arriver des mecs avec des bacs pro dans cette situation. C'est affligeant. Le mec, staffé dans une équipe réseau, a demandé ce qu'était un "ping". 😭Mais, bon, c'est hors sujet, puisqu'ils ne sont pas freelance.

Pour finir, je tente de répondre à la question posée : "500€... Est-ce trop élevé selon vous?". Selon moi, c'est effectivement trop élevé pour beaucoup de raisons déjà évoquées ci dessus :

  • Quelle autonomie du candidat ?

  • Quelle connaissance des métiers ?

  • Est-ce que VA produite dans l'entreprise > CA(consultant) ?

  • ....

Je rejoins certains contributeurs qui proposent de tâter le terrain à 400 pour se faire la main. De toutes façons, ton salaire net sera toujours supérieur à ce que tu gagnais en tant qu'employé. Ton contrat initial sera de 3 mois, comme la très grande majorité d'entre nous. Tes futurs prospects ne connaitront pas ce TJM. Donc, il n'y a aucun risque sur le long terme.

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 11 novembre 2022 16:26

Bonjour Yann,

Super ! merci pour votre retour très intéressant !

Ma priorité allant sur du full remote, je donne mon tarif (en cohérence avec le marché) sur cette base de travail

Je souhaite aussi privilégier le full remote. Problème, ce n'est pas forcément courant sur un poste de MOA puisqu'il faut discuter avec les parties prenantes et que c'est plus apprécié de le faire sur site. Néanmoins ça existe donc je vais continuer de chercher.

Si le client veut du sur site, je facture plus les jours en questions (+150€/jour minimum, complété des frais si province), considérant que c'est une contrainte supplémentaire.

Je n'y avais pas pensé ! merci pour le partage c'est une très bonne idée !

Bien sûr, j'ai une marge de manœuvre. J'accepte quelques jours sur site en début de mission pour échanger avec mes interlocuteurs et ensuite 1 voir 2 jours max par mois pour garder le contact ou pour des besoins particuliers.

Pareillement, je suis flexible et cela permet de négocier si besoin.

Merci beaucoup pour ce point de vue qui peut servir à tout le monde 😉

Bonjour,

Pour ma part, je fonctionne désormais un peu différemment.

Ma priorité allant sur du full remote, je donne mon tarif (en cohérence avec le marché) sur cette base de travail.

Si le client veut du sur site, je facture plus les jours en questions (+150€/jour minimum, complété des frais si province), considérant que c'est une contrainte supplémentaire.
Bien sûr, j'ai une marge de manœuvre. J'accepte quelques jours sur site en début de mission pour échanger avec mes interlocuteurs et ensuite 1 voir 2 jours max par mois pour garder le contact ou pour des besoins particuliers.

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 11 novembre 2022 15:00

Bonjour Yanolezard,

Un prénom/pseudo en vrai... c'est plus sympa ...

C'est fait ! effectivement c'est plus convivial ! j'étais un peu timide et j'avais peur d'être reconnu 😅

Cloud : AWS notions de bases (cela ne veut pas dire grand-chose). Il vaut mieux préciser quoi directement (micro-services, IaC, dev ...) et si vous êtes certifié (ne serait-ce qu'Associates).

Quand je dis notions de bases, je fais référence aux cours sur la plateforme d'AWS :

  • AWS Cloud Practitioner Essentials

  • AWS Technical Essentials

Le but étant de me spécialiser et obtenir une certification dans le domaine afin de me démarquer de la concurrence. Cela rejoint les propos de Free-Worker-174434.

Dev (java, CMS, python, HTML/CSS) : quel CMS ? (c'est important)

Drupal mais j'ai aussi des connaissances sur Wordpress et Shopify car j'avais un blog et une boutique en ligne.

Outils de tests/recette : un point que vous pourriez creuser et qui pourrait vous démarquer : formez-vous sur les tests/recettes logiciels (ISTQB) ne serait-ce que "Foundation" (on apprend beaucoup de chose sans le savoir) et cela apporte vraiment un + (ce ne sont que mes avis constatés et vous avez le droit de ne pas être d'accord 🙂)

Franchement, merci beaucoup pour ce conseil 😉 ! J'ai beaucoup apprécié travailler avec les testeurs dans les phases de test lors de ma précédente XP. Donc, je regarde aussi les offres de testeurs QA/ MOA recette etc. Effectivement, une formation dans le domaine serait un plus ! +1

Tarifs (IDF) : avec mes différentes tribulations/pérégrinations, sur votre type de profil (en tout humilité), cela se situerait plus entre 430/450 avec max prix d'appel 470/480 (avec les + que j'ai cité).

C'est noté !

Bien à vous, j'apprécie énormément ce partage, ça va m'aider ! C'est ce que j'aime dans ce forum et dans le monde du freelance : l'esprit d'entraide !

Bonjour Free-Worker-547984,

Un prénom/pseudo en vrai... c'est plus sympa ...

Plus sérieusement, quelques points positifs :

Expériences dans le secteur public et privé : ce n'est pas donné à tout le monde, notamment lorsque l'on débute (même en alternance)

  • Cloud : AWS notions de bases (cela ne veut pas dire grand-chose). Il vaut mieux préciser quoi directement (micro-services, IaC, dev ...) et si vous êtes certifié (ne serait-ce qu'Associates).

  • Dev (java, CMS, python, HTML/CSS) : quel CMS ? (c'est important)

  • Outils de tests/recette : un point que vous pourriez creuser et qui pourrait vous démarquer : formez-vous sur les tests/recettes logiciels (ISTQB) ne serait-ce que "Foundation" (on apprend beaucoup de chose sans le savoir) et cela apporte vraiment un + (ce ne sont que mes avis constatés et vous avez le droit de ne pas être d'accord 🙂)

  • Tarifs (IDF) : avec mes différentes tribulations/pérégrinations, sur votre type de profil (en tout humilité), cela se situerait plus entre 430/450 avec max prix d'appel 470/480 (avec les + que j'ai cité).

Bien à vous,

Yanolezard

Réponses  : 73
Like: 1
Vues : 3277

Réponse postée 10 novembre 2022 15:25

Merci, on est d'accord !

Localisation : IDF

Domaines :

  • Web sur un gros site internet avec des millions de connexions par mois --> 2 ans

  • Refonte SI domaine médical --> 2 ans

  • Refonte SI Automobile données règlementaires, moove to cloud --> 1 an

Pour de la maîtrise d'ouvrage 500€ c'est un tarif correct vu votre expérience et les tensions sur le marché.

Afin de pouvoir affiner cet avis, il faudrait aussi nous préciser le domaine d'activité et la localisation.

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 10 novembre 2022 15:19

Bonjour,

Merci pour ce retour complet.

"beaucoup trop cher, surtout pour une première mission en freelance"

Certes c'est une première mission en freelance mais j'ai de l'XP dans le domaine.

Est-ce que les recruteurs font la distinction entre un candidat avec 5 ans d'XP en CDI VS candidat avec 5 ans d'XP en Free ?

Il faut savoir que les ESN margent 20 à 30% sur vous (ou mini 100€). Donc si vous voulez dans votre poche 580, elles vont vous vendre à 700 si ce n'est plus.

Après, chacun son métier, eux doivent négocier avec le client s'ils veulent me placer, et moi je propose mes services car je pense valoir ce TJM. Par contre, je peux faire un effort sur mon TJM sous certaines conditions.

Pensez-vous valoir ce prix ?

Oui, mais je veux avoir des avis extérieurs pour être sûr.

Honnetement, je ne pense pas...

D'accord je respecte votre avis

de l'absence de certif complémentaire / compétences niches.

Compétences niche : connaissance en cloud AWS

profil technico-fonctionnel je ne suis pas sûr que ça court les rues...

Souvent les profils de CP sont, soit trop techos, soit trop métier.

Mais effectivement, je pense à me former d'avantage sur un ou deux sujets quitte à obtenir une certif. +1

Des CDP, on en trouve pour 500€/J (les salariés d'ESN par exemple).

Oui d'accord mais pour quel niveau de la prestation ? On est d'accord qu'on à souvent affaire à des juniors à ces tarifs ?

"Commencez par vous lancer comme tout le monde à 400 ou 450, et renégociez le TJM après 6 mois ou 1 an."

Pourquoi commencer à 400-450 alors qu'il y a des offres avec 2-5 ans d'XP demandés à 550€ ? autant commencez à 550 et négocier ensuite à 600-650€ non ?

à 400€ sur ce poste, autant restez en CDI en postulant dans une autre boite pour faire un gap de salaire.

"Ne le prenez surtout pas mal. J'ai commencé en début d'année à 410€ en province, et je viens de demander 450 pour le renouvellement de contrat. (CDP certifié, 6-7 ans d'exp)"

Je ne le prends pas mal c'est votre avis et je le respecte. Première différence, je suis en IDF, là ou la demande est la plus élevée. Donc mon prix est trop élevé pour la province mais pas pour l'IDF selon moi (cf les exemples d'annonces plus haut dans le fil).

Bonjour,

A mon avis, beaucoup trop cher, surtout pour une première mission en freelance.

Il faut savoir que les ESN margent 20 à 30% sur vous (ou mini 100€). Donc si vous voulez dans votre poche 580, elles vont vous vendre à 700 si ce n'est plus.

Pensez-vous valoir ce prix ? Honnetement, je ne pense pas au vue de votre récap d'expérience et l'absence de certif complémentaire / compétences niches. Des CDP, on en trouve pour 500€/J (les salariés d'ESN par exemple).

Commencez par vous lancer comme tout le monde à 400 ou 450, et renégociez le TJM après 6 mois ou 1 an.

Ne le prenez surtout pas mal. J'ai commencé en début d'année à 410€ en province, et je viens de demander 450 pour le renouvellement de contrat. (CDP certifié, 6-7 ans d'exp)

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 10 novembre 2022 14:30

Bonjour,

Merci pour votre réponse.

"Et 2 années d'alternance donc pas forcément considérées comme de l'expérience."

Ça aussi c'est vraiment une excuse des RH pour baisser le TJM. De mon côté, c'est là où j'ai le plus appris de toute ma carrière. J'avais littéralement eu un coach personnel (un CP expérimenté avec qui je travaillais). Tous les collaborateurs ainsi que le DP du principal prestataire m'aidaient à monter en compétences. Donc pour moi c'est de l'expérience, à la limite je veux bien qu'on dise que ça représente 1 an d'XP à plein temps. Donc j'aurais 4 ans d'XP.

"Du coup, ça fait un TJM un peu élevé."

Si on se base uniquement sur l'alternance, alors non, pas selon moi 😅

"Vous avez vu quels étaient les TJM pratiqués en moyenne dans votre domaine?"

Oui, j'ai mis quelques exemples d'offres dans mes réponses dans le fil.

Bonjour,

Le recruteur peut jouer sur le fait que l'expérience soit surtout de la TMA et pas de projets. Et 2 années d'alternance donc pas forcément considérées comme de l'expérience.

Du coup, ça fait un TJM un peu élevé.

Vous avez vu quels étaient les TJM pratiqués en moyenne dans votre domaine?

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 10 novembre 2022 14:21

Oui c'est un poste de Chef de projet/Consultant MOA. Les titres des postes peuvent variés (CP Technico-Fontionnel, CP e-commerce etc...) mais les missions sont celles d'un MOA


Bizarre car de mon côté je trouve des offres avec 2-5 ans d'XP demandés

Quelques offres sur lesquelles j'ai postulé :

Pour vous sur quel TJM puis-je me placer ?

Pour un poste de... ? MOA ? Si c'est le cas, ça semble un peu haut. Je ne suis pas certain que les exp en dev soient pleinement prises en compte, contrairement à un AMOA ou du transverse. Tant mieux si ça passe, mais du peu d'offres que j'ai vues c'est plutôt un tarif senior.

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 10 novembre 2022 14:02

Bonjour,

Merci pour ce retour.

"full remote ça me semble un peu haut"

500€ c'est trop en full remote? pourtant j'ai vu quelques offres

Offre 1 --> elle a expirée c'était CP IT Hub remote à Rennes TJM 400-500€

Offre 2

Offre 3 --> province donc 450€

"votre tarif plancher"

Comment faites-vous pour le fixer le plus précisément possible ?

Bonjour

en full remote ça me semble un peu haut.

Il faut voir aussi votre tarif plancher celui en dessous duquel vous n'êtes pas rentable

Réponses  : 73
Like  : 0
Vues : 3277

Réponse postée 10 novembre 2022 11:46

Bonjour,

Comme je l'ai déjà dit dans mes précédents posts, j'envisage sérieusement mon passage de salarié à indépendant. J'aimerai avoir votre avis sur mon TJM. En effet, la plupart de mes prospects sont des ESN et je sais qu'elles ont une marge, et donc, revoient/challenge souvent mon TJM à la baisse.

Mon XP

  • 5 ans de maitrise d'ouvrage en interne (dont deux ans d'alternance)

  • Secteur public et privé

  • Localisation : IDF

Skills :

  • Dev (java, CMS, python, HTML/CSS)

  • Méthodologie projet (cycle en V et Agile)

  • Conception (Spec, recueil de besoin, modélisation)

  • Data (mapping de données, Modèle conceptuel)

  • Cloud : AWS notions de bases

  • Recette

Outils :

  • IDE

  • Jira

  • Confluence

  • Squash test/ Mantis

  • Git

J'ai travaillé essentiellement sur des refontes applicatives dans de grandes entreprises.

Je pense avoir aussi des softs skills me permettant de faire le pont entre le métier et les devs :

  • Écouté

  • Empathie

  • Organisation

  • Force de proposition

  • Ténacité

En discutant avec d'autres freelance dans ce domaine ayant plus ou moins le même nombre d'années d'XP, je me suis positionné à 580€. Négociable si (full remote ou temps de trajet < 30 min ) à 500€.

Est-ce trop élevé selon vous?

Merci d'avance pour vos retours.

Réponses  : 3
Like  : 0
Vues : 306

Réponse postée 27 octobre 2022 10:01

Hello !

Merci pour ton retour, c'est très intéressant !

L'assistance à utilisateur = technicien support ?

En gros c'est surtout des compétences admin/réseaux qu'il faut avoir?

Coté dev, tu as des idées?

Merci d'avance

Salut,

pour le test / QA, c'est très improbable.

Le cycle de réalisation d'un logiciel, c'est :

  • User story / ou cahier des charges / ou nouvelle feature produit

  • conception / architecture logicielle

  • Réalisation et tests unitaires

  • campagne de test (brève et intense) voire campagne de tests automatisée (Quality Automation).

  • Mise en recette client, ou mise en préprod ou mise en prod.

Pour moi, c'est totalement incompatible avec l'intermittence. Quand la campagne de tests commence, c'est la guerre, c'est tendu, parce que les deadlines ne bougent pas. Si tu trouves 15 bugs, il faut corriger et retester en flux tendu.

===============

Pour répondre à ta demande initiale :

  • L'assistance utilisateurs, ça a pas mal de sens. Car un ticket, ca peut se traiter selon un SLA de quelques heures.

  • La gestion du cloud (Google Workspace, Office 365, ....), ça a beaucoup de sens parce que les TPE/PME ont tendance a prendre des services SaaS sans avoir de compétence particulière. Je te donne un exemple simple : un SMTP externe et un DKIM. Un autre exemple : un MFA imposé par une cyber assurance.

  • Le MCO d'une installation modeste : sauvegarde, patching, migrations....

Réponse postée 27 octobre 2022 09:53

Hello,

je ne souhaite pas avoir un autre emploi, mais un complément de revenu en auto entrepreneur sur mon temps libre. Il n'y a rien qui me l'interdit dans la loi. Donc mon employeur ne peut pas m'interdire d'avoir une activité sur mon temps libre. Sauf bien-sûr si j'entre en concurrence avec lui. C'est ce que j'ai compris.

Salut,

tu donnes toi même la réponse dans ton message. Le contrat que tu as signé avec ton employeur t'interdit d'exercer un second emploi. Ni plus, ni moins.

Réponse postée 25 octobre 2022 16:51

Bonjour,

J'aimerais une réponse claire à cette question car je vois tout et son contraire.

Suis-je obligé de prévenir mon employeur pour développer une activité en autoentrepreneur? sachant que cette activité ne va pas concurrencer mon entreprise et que bien entendu je ne la développerai que sur mon temps libre.

Sur mon contrat, il y a une mention qui dit qu'en gros je dois donner tout mon temps à l'entreprise. Mais on est d'accord qu'il s'agit là du temps de travail en entreprise? De plus, j'ai contacté les RH et ils préfèrent que je les tienne informés, et qu'ils ne préfèrent pas que je travaillent à côté (sans me l'interdire formellement). Est-ce légal ?

Merci pour vos retours.

Réponses  : 3
Like  : 0
Vues : 306

Réponse postée 25 octobre 2022 16:40

Bonsoir,

J'aimerais me faire des compléments de revenus en parallèle de mon travail. J'ai un profil IT donc ça serait pour travailler dans ce domaine. 2/3 heures/jour et semaine et weekend. Auriez-vous des idées ? Quels sites internets proposent ce genre d'activités? Quel statut faut-il avoir?

Je pense à de la recette de site internet/ application par exemple

Réponses  : 41
Like  : 0
Vues : 1855

Réponse postée 25 octobre 2022 16:30

Merci beaucoup pour ce retour très détaillé et instructif !

C'est une stratégie dont je vais m'inspirer !

Bonjour,

Merci beaucoup pour cette proposition de stratégie. J'aimerai bien tendre vers ça. Je pense qu'il faut avoir une certaine expérience et un bon réseau pour arriver à ça.

Un réseau cela aide beaucoup évidemment et c’est le plus efficace pour certains, mais ce n’est pas indispensable et ce n’est qu’une pièce du puzzle pour la majorité d’entre nous.

En ce qui concerne l’expérience, oui c’est très utile mais il faut bien démarrer un jour et dans ce cas l’expérience on l’acquiert et on la valorise au fur et à mesure.

Dans la situation décrite précédemment une possibilité de stratégie un peu plus détaillée serait de :

1 - Réfléchir à son mode de fonctionnement (portage qui semble peut-être le plus sécurisant ici, entreprise individuelle, société).

2 - Définir un positionnement sur le marché, c’est décisif et il y a du temps à passer

Il est souhaitable de communiquer et c’est le plus important, puis tester, c’est évidemment long mais si l’on s’informe et que l’on y travaille intensément en 3 mois on peut déjà avoir une idée.

Pour la communication qui est le cœur de la prospection, comme nous avons tous des profils analogues il est inutile de s’étendre sur ce sujet central qui, de plus, a déjà été largement abordé sur ce forum les années précédentes.

3 - Trouver une (ou des) mission ce qui permet de survivre et assurer le quotidien.

4 – Rechercher en parallèle des missions courtes ou mieux ponctuelles et cela c’est le plus important selon moi pour un développement ultérieur.
Pour du ponctuel une durée mesurée en mois me semble trop longue il faut plutôt viser des durées en jours. L’idéal est de trouver des missions ponctuelles qui permettent de se spécialiser, d’étoffer ses offres, de multiplier les clients ce qui engendre souvent la vente d’autres types de prestations à ces mêmes clients.
Ceci sous-entend de mener plusieurs missions de front donc il faut pouvoir assurer mais c’est tout à fait gérable et tout dépend du positionnement une fois de plus.
Lorsque les missions ponctuelles deviennent prépondérantes on peut alors abandonner les autres et c’est à partir de ce moment-là que l’on dispose d’une grande liberté par rapport à nos clients. C’est d’ailleurs pourquoi dans nos métiers certains freelances travaillent à temps partiel. Car agréger des missions ponctuelles c’est beaucoup plus rentable, enrichissant professionnellement et humainement que des missions longues, c’est aussi plus sécurisant à terme.

Par ailleurs, il est souhaitable de diversifier les prestations et de se spécialiser, ce n’est pas du tout incompatible. L’idée est d’aller dans le sens du vent alors qu’en débutant on a plutôt tendance à avoir des œillères ce qui était clairement mon cas en débutant.

Tout ceci peut se dérouler de manière progressive et sécurisée ce qui semble correspondre à une des solutions envisageables pour répondre à la demande initiale de la discussion.

Réponses  : 41
Like  : 0
Vues : 1855

Réponse postée 25 octobre 2022 16:27

Merci beaucoup pour ce retour !

En fait, lorsque j'ai évoqué l'exemple de ma connaissance qui est freelance et qui travaille 6 mois, c'était juste pour imager le côté "flexibilité" du statut par rapport à un CDI classique. Bien évidemment, je suis conscient qu'être freelance demande un investissement personnel (démarcher les clients, se former, taches administratives etc) mais la grosse différence selon moi est qu'on fait cela pour nous-même et non pour une société. J'envisage aussi le portage au début pour passer en freelance en douceur et pour avoir une sécurité supplémentaire si jamais la mission ne se passe pas bien (droits pole-emploi). Et bien-sûr je compte avoir une mission avant de partir de mon entreprise actuelle.

Après, je pense que dans la vie il faut savoir prendre des risques en les minimisant au maximum pour avancer. En France, j'ai l'impression que nous sommes un peu trop prudents.

Bonjour,

Vous avez déjà eu beaucoup de réponse mais je me permet de vous apporter également quelques éléments à prendre en compte dans votre transition en indépendant.

Vous indiquez être moralement épuisé par votre travail actuel et avez aussi une famille en charge.

Certes lorsque vous passerez en indépendant vous travaillerez pour vous (et non pas pour une autre société) mais cela ne va pas signifier que vous travaillerez moins!

Il vous faudra alors vous créer votre réseau, faire des entretiens et vous aurez également de nombreuses démarches administrative à réaliser au début puis certaines à maintenir (création entreprise, réalisation des CGV, devis RC pro, comptabilité, TVA, IS, CFE etc.)

Vous indiquez également le cas de votre collègue qui ne travaille que 6mois dans l'année et voyage le reste de l'année.

Prenons du recul sur votre situation : vous commencez en tant qu'indépendant sans droit ARE, sans économie, avec une famille à charge et vous pensez vraiment que vous allez travaillé seulement 6 mois / an?

Pour avoir vécu le même type de situation avec une période de travail déjà intense avant le passage en freelance puis des événements familiaux durant cette transition (vente de maison, déménagement, naissance etc.), je peux vous assurer que votre charge de travail/mentale sera encore plus forte que ce que vous avez actuellement en tant que salarié et vous serez peut-être très proche du burn-out (du fait d'être déjà à la limite)

Vous allez sûrement avoir ensuite la logique suivante qui va arriver : lorsque je travaille pas, que je n'ai pas de mission je n'ai aucun CA qui rentre, je dois donc arriver à me faire des économies au cas où une période d'inter-contrat dure trop longtemps. Du coup sur les premières années, je pense qu'il est plutôt préférable de privilégier la recherche continue de mission plutôt que se dire qu'on va prendre beaucoup de vacances car le TJM est plus important. N'oubliez pas que lorsque vous devrez prendre une journée pour vos enfants malade ou lorsque vous tombez vous-même malade, votre TJM manquant vous rappellera à l'ordre..

Je ne veux pas vous faire peur car c'est ensuite très satisfaisant d'être en indépendant mais prenez bien en compte ces critères au départ pour en être bien conscient.

Après quelques années en tant que freelance, vous aurez ensuite accumuler un peu plus d'économie et je pense que ça sera le bon moment pour souffler un peu en réduisant le nombre de missions mais au départ sans économie et avec une famille à charge ça ne me semble pas être une bonne idée.

Réponses  : 41
Like  : 0
Vues : 1855

Réponse postée 13 septembre 2022 19:46

Bonsoir Michel95,

Tout d'abord merci pour ta participation. C'est bénéfique d'avoir d'autres avis avec des angles de vues différents.

un freelance qui démarre une mission de 3 ans peut-il disposer d’une liberté de choisir et de flexibilité sachant qu’il sera tributaire d’un seul client pendant la durée de la mission ?

Honnêtement, je pense privilégier les missions courtes mais de 3 mois minimum. Je n'ai plus envie d'être "enfermé" dans un contrat long. Donc je ne serai pas concerné par les missions longues. J'ai envie de voir des choses différentes et de ne pas entrer dans une routine monotone. Peut-être une première mission de 6 mois pour sécuriser les choses.

Une solution efficace pour fonctionner de la sorte, à priori mais il y en a peut-être d’autres, c’est de multiplier les clients de manière à se rendre indépendant des clients mais également du lieu géographique. Il peut s’agir de missions courtes, si possible variées y compris dans leur nature, ce qui implique aussi d’appliquer des tarif différenciés, naturellement plus élevés et souvent des remises en question de notre stratégie.

Merci beaucoup pour cette proposition de stratégie. J'aimerai bien tendre vers ça. Je pense qu'il faut avoir une certaine expérience et un bon réseau pour arriver à ça.

mais aussi la manière de se faire connaitre et de savoir convaincre pour vendre ses prestations.

C'est le nerf de la guerre ! ça doit être tellement satisfaisant de trouver ses clients! J'ai la fibre commerciale ça ne me fait pas peur mais c'est effectivement à prendre en compte.

Pour conclure, sur l' "exemple d’un freelance que je connais" ce n’est pas facile à mettre en place dans un contexte familial sécurisé tel que décrit précédemment. C'est envisageable plutôt à long terme et nécessite beaucoup de préparation et de tests.

Effectivement nous n'avons pas du tout le même contexte familial, il est toujours chez ses parents. Au boulot j'ai une collègue freelance plus âgée, qui m'a aussi évoqué la liberté que lui apporte son statut.

Bonjour  Free-Worker-547984 et ... autres,

Il y a aussi les témoignages de freelance qui mettent en avant la flexibilité et la liberté de choisir avec qui, sur quel sujet, et quand travailler. 

Ce n’est pas du tout évident pour la majorité des freelances. Les témoignages sont-ils majoritaires ?

Comment, par exemple, un freelance qui démarre une mission de 3 ans peut-il disposer d’une liberté de choisir et de flexibilité sachant qu’il sera tributaire d’un seul client pendant la durée de la mission ? Cela peut-être vrai s'il dispose d'un véritable choix le moment venu à des conditions intéressantes et non pas à des conditions qui vont engendrer une frustration à terme.

Dans mon entourage les freelances qui fonctionnent sur ce schéma sont plutôt dans l’attente d’une décision d’un ou plusieurs clients aux conditions dudit client ou de l’intermédiaire sachant qu’ils ne sont pas à l’abri d’inter-contrats non désirés qui plombent leurs revenus.

La liberté dont il est question ici est très relative et peut dépendre de plusieurs paramètres dont notre positionnement. Pour se faire une idée il suffit de parcourir ce forum et il n’est pas évident qu’une majorité de freelances se reconnaissent dans la situation précédente.

Pour le premier paragraphe, un exemple d’un freelance que je connais. Il gagnait plus que moi en rognant sur son TJM et et travaillant 6 mois dans l’année. Son CA permettait de se dégager 4K de salaire/ mois. Cela peut-être un moyen de s’épanouir personnellement. Travailler une partie de l’année et voyager le restant de l’année par exemple. Cette liberté on ne l’a pas en statut salarié

Pour information, et à titre de témoignage, cela fait des années que je travaille à temps partiel, et désormais presqu’exclusivement en télétravail.

Ce type de fonctionnement est tout d’abord difficilement envisageable en travaillant périodiquement pour un même client pendant 6 mois, car un client qui accepte ce mode de travail doit être difficile à trouver même si ce n’est pas impossible.

Une solution efficace pour fonctionner de la sorte, à priori mais il y en a peut-être d’autres, c’est de multiplier les clients de manière à se rendre indépendant des clients mais également du lieu géographique. Il peut s’agir de missions courtes, si possible variées y compris dans leur nature, ce qui implique aussi d’appliquer des tarif différenciés, naturellement plus élevés et souvent des remises en question de notre stratégie.

Dans ce cas il est envisageable de mener plusieurs missions de front, c’est possible et tout dépend du positionnement, voir la discussion sur un autre fil. Le problème est d’enchainer les missions selon une cadence à régler en fonction du marché, de son mode de vie ainsi que de ses besoins financiers.

Dans un tel schéma toutes les belles théories classiques : Rendez-vous physiques, CV, compétences, certifications, et autres n’interviennent quasiment plus ou de manière très superficielle. Naturellement il faut être capable d'assurer les prestations et de le démontrer. Car si l’on veut développer ce type de modèle ce qui compte c’est essentiellement sa capacité à trouver des clients ce qui devient alors la priorité des priorités et ceci nécessite de développer des " pistes de réflexion complémentaires " comme notamment :

  • le positionnement (conseil Droopyann no 6), c’est vraiment fondamental,

  • les délais, car dans ce cas on ne se retrouve plus sur la même échelle de temps que pour un fonctionnement classique (conseil Droopyann no 1, encore lui ! décidément il est partout 😊),

mais aussi la manière de se faire connaitre et de savoir convaincre pour vendre ses prestations.

Pour conclure, sur l' "exemple d’un freelance que je connais" ce n’est pas facile à mettre en place dans un contexte familial sécurisé tel que décrit précédemment. C'est envisageable plutôt à long terme et nécessite beaucoup de préparation et de tests.

Réponses  : 41
Like  : 0
Vues : 1855

Réponse postée 12 septembre 2022 21:59

En fait j’ai fait un résumé et bien entendu ça va un peu plus loin qu’un simple mal-être au travail. Il y a aussi les témoignages de freelance qui mettent en avant la flexibilité et la liberté de choisir avec qui, sur quel sujet, et quand travailler. Pour la plupart, ils ne souhaitent pas revenir au salariat malgré les « avantages » qu’on nous vend. De plus j’ai déjà été indépendant mais dans un tout autre domaine. Je gagnais moins bien ma vie qu’actuellement mais j’avais plus de liberté. Et ça ça n’a pas de prix. J’ai peut-être une vision trop idéalisée du statut freelance, mais j’ai envie de faire ma propre expérience.

Pour le premier paragraphe, un exemple d’un freelance que je connais. Il gagnait plus que moi en rognant sur son TJM et et travaillant 6 mois dans l’année. Son CA permettait de se dégager 4K de salaire/ mois. Cela peut-être un moyen de s’épanouir personnellement. Travailler une partie de l’année et voyager le restant de l’année par exemple. Cette liberté on ne l’a pas en statut salarié.

Quand je dis minimiser les risques, je parle de trouver une mission dans un domaine que je maîtrise avec un TJM correct pour une période de 6 mois minimum car effectivement j’ai une famille donc je dois bien calculer mon coup pour ne pas les pénaliser.

La plupart des freelances avec qui j’ai abordé le sujet de la rémunération me disent qu’ils gagnent plus voire beaucoup plus qu’en salarié donc on ne va pas se mentir, c’est aussi une chose que je vise.

Alors, personnellement, je ne vois rien dans ce paragraphe qui justifierait le passage au freelancing :

En résumé, j'ai presque 5ans d'XP en tant que chef de projet (4 MOA et 1 MOE en décembre). Le salariat ne me permet pas de m'épanouir réellement dans ma vie. Je suis épuisé moralement j'ai l'impression de vivre pour travailler au lieu de travailler pour vivre... Mon avant dernière expérience pro ainsi que le covid m'ont cassé le moral. Je travaille actuellement dans une grande entreprise internationale je gagne 52k brut.

Surtout si tu continues avec cette phrase :

Objectif de mon plan : débuter ma première mission en tant que freelance au mois de janvier sur une mission intéressante en minimisant les risques (famille à charge).

Si c'est un problème de relation au travail, lié ou non au covid, un bilan de compétences ou un coach peut être la solution.

Si c'est un problème de charge de travail, une remise en question pro est nécessaire.

Si c'est une question de rémunération, là encore je ne suis pas certain que le freelancing soit la solution – en tout cas pas directement parce que la transition est parfois difficile. Et adieu à tous les avantages du salariat y compris pour ta famille.

Bien entendu, je ne dis pas que ce n'est pas la bonne solution, mais simplement que tes arguments n'apparaissent pas clairement, et que ça ressemble plus à du ras-le-bol qu'une justification rationnelle. Si pour toi freelance = liberté, c'est un peu vrai, mais c'est très souvent complètement faux.

Réponses  : 41
Like: 1
Vues : 1855

Réponse postée 12 septembre 2022 14:03

Cette réponse étais estimée @AWS-enthousiaste

@Droopyann merci pour ta transparence.

Effectivement, je suis sûrement trop optimiste, c’est pour cela que je demande vos avis. Franchement je ne sais pas si j’ai la capacité de rester encore 6 mois. En vrai, je me dis que le risque n’est pas si grand si je démissionne car dès que je mets mon CV en ligne j’ai des réponses dans la journée. Donc s’ils n’acceptent pas le RC je démissionnerai en négociant une fin de préavis plus courte. Je chercherai ma première mission en parallèle. Si on boit des 3 mois de préavis je ne trouve pas de mission, je postulerai pour un CDI. Au moins je ne n’aurai pas de regrets. Le temps est trop précieux pour le perdre.

Merci pour ta réponse !

J’espère qu’ils vont accepter ! A l’APEC la conseillère me disais je justement les grandes entreprises en général refusent de signer une rupture car elles ne veulent pas que ça donne des idées aux autres salariés. Mais je vais tenter dans tous les cas je n’ai rien à perdre. Dans mon cas je suis en CDI pas en freelance. Je ne sais pas si ça change beaucoup de choses.

Réponses  : 41
Like  : 0
Vues : 1855

Réponse postée 12 septembre 2022 13:33

Merci pour ta réponse !

J’espère qu’ils vont accepter ! A l’APEC la conseillère me disais je justement les grandes entreprises en général refusent de signer une rupture car elles ne veulent pas que ça donne des idées aux autres salariés. Mais je vais tenter dans tous les cas je n’ai rien à perdre. Dans mon cas je suis en CDI pas en freelance. Je ne sais pas si ça change beaucoup de choses.

Réponses  : 41
Like  : 0
Vues : 1855

Réponse postée 12 septembre 2022 13:25

Hello

Merci pour votre réponse !

Intérêt pour la boîte :

  • frais faibles car je ne suis pas là depuis longtemps

  • Je suis sérieux depuis le début

  • On m’a bien vendu le projet, il y a peu d’adhésion autour

  • Je suis sur un gros projet donc il vaut mieux pour eux de me laisser et de me remplacer rapidement plutôt de prendre le risque que je leur fasse faux bon

Les sujets sur lesquels je veux travailler:

  • Data

  • Cloud

  • Cyber sécurité (je dois me former)

Valeur ajoutée :

  • Profil technico fonctionnel

  • A l’aise avec les interlocuteurs business et techniques

  • Certification AWS (si je la passe avant janvier)

Bonjour,

Comme on dit, je plussoie les avis déjà exprimé par les autre membres. Ils sont pleins de pertinence.

Quelques réactions et pistes de réflexion complémentaires :

  • Les délais prévus pour l'ensemble me paraissent très optimiste. C'est un projet de vie important, prenez le temps de faire les bons choix.

  • Pour négocier une RC, il faut que les 2 parties y voient un intérêt. Avez-vous bien identifié les intérêt de votre employeur actuel à vous accorder cette RC ?

  • Si vous êtes contraints de démissionner, vous pouvez peut être sécurisé en faisant du portage pendant quelques mois. Ca vous permet de tester l'activité et le mode de fonctionnement. Si ça vous convient, vous pouvez ensuite voir avec la boite de portage pour une RC (à bien cadrer dès le démarrage avec la boite de portage) et ainsi avoir les aides de création d'entreprise.

  • L'ESN est quasiment obligatoire pour les grands comptes

  • Il faut en général compter environ 2 mois pour trouver une mission. La difficulté est que beaucoup de sociétés font appel au freelance "à l'arrache", et donc en ont besoin "tout de suite". Si vous indiqué être dispo dans 3 mois, c'est souvent trop tard.

  • Votre positionnement est très important. Sur quels sujets voulez-vous travailler ? Dans quel type de structure ? Quel sera votre valeur ajouté pour vos clients ...