← Retour

KaziChoco

Nombre de posts : 218

Inscrit depuis le : 9 septembre 2016

Suivant
Réponse  : 1
Like  : 0
Vues : 29

Réponse postée 27 mai 2021 16:07

Bonjour à tous !

Suite à bons nombres de péripéties, je me retrouve à devoir déménager (2ème fois en un an). J'avais procédé au changement d'adresse de mon siège social à partir du mois de septembre, et je vais devoir remodifier l'adresse de mon siège au CFE quoi qu'il arrive d'ici à deux mois. Sauf qu'en me renseignant un peu, j'ai l'impréssion qu'il n'est pas possible de domicilier son entreprise chez soi pour plus de cinq ans dans le 92. Ma société ayant été créé en 2017, l'échéance approche. Comme je ne voudrais pas me retrouver a devoir, une nouvelle fois, refaire ma domiciliation, je me demandais s'il y avait sur le forum des personnes qui ont eu les mêmes tracas et qui saurait me dire qu'elle est la réglementation dans le 92 pour une entreprise sans réception de clientèle.
Dois-je obligatoirement passer par une société de domiciliation ou puis-je quand même domicilier mon entreprise chez moi sans risque de souci avec l'administration ?
Pour info:
- Je déménage dans un logement dont je serai le propriétaire (toujours dans le 92)
- l'échéance des cinq ans expirera en février 2022
Réponses  : 24
Like  : 0
Vues : 282

Réponse postée 21 septembre 2020 09:00

Bonjour,

Comme beaucoup d'entre vous, je suis abasourdie par ce post. Je vais essayer de faire court:
1. L'expréssion "se sortir les doigts du c.." est a mon sens insultante car sans connaitre les équipes de FI, leurs éventuelless difficultés et contraintes, vous assumez que le résultat actuel est le fruit soit de leur paresse, soit de leur incompétence, ou les deux. Et traiter quelqu'un qu'on ne connait pas de paresseux ou d'incompétant, et bien c'est insultant.
2. Consommer un service gratuit ne vous donne aucun droit sur ce service. J'irai même plus loin: consommer un service payant ne vous donne le droit de vous plaindre que sur ce qui fait l'objet de la relation contractuelle sous-jacente entre les parties et pas plus. Le seul conseil que je peux vous donner est que si vous vous considérez comme un produit sur une plateforme qui ne vous convient plus, quittez là. Pas besoin d'en faire un foin.
3. Vous avez tout à fait le droit de critiquer les changements à FI et vous pouvez même faire des propositions d'amélioration. Je suis certain que l'équipe en place se fera un plaisir de vous écoutez et de tirer partie de votre retour d'expérience, mais uniquement si cela est fait dans le respect. Pour ma part, descendre en flamme un site qui apporte beaucoup à la communauté pour quelques changements et essayer de mobiliser la communauté contre le site pouvant résulter à sa mise en péril, c'est un permaban tout court. Comme ça, vous n'aurez plus à subir le nouveau site.

Bonne journée 🙂
Réponses  : 557
Like  : 0
Vues : 339

Réponse postée 11 août 2020 15:08

Le télétravail engendre des coûts et des économies (comme beaucoup d'autres choses). La balance sera plus ou moins élevé dans un sens ou dans l'autre en fonction des situations, mais comme beaucoup d'entre vous, ce n'est pas vraiment ça que je vais mettre en avant dans une négociation commercial. D'ailleurs, je n'ai pas vraiment à mettre quoi que ce soit en avant... Mon tarif c'est mon tarif. Que la mission soit en télétravail ou en présentiel, ce n'est pas vraiment mon problème. Donc autant je trouve ridicule de mettre en avant une augmentation des frais en TT, je trouve tout autant ridicule de mettre en avant une économie de frais en raison du TT. Le télétravail n'est qu'une modalité d'exécution de la mission. Libre à ceux pour qui c'est un critère important de faire un effort sur leur TJM afin de la remporter. Pour les autres, c'est business as usual...
Réponses  : 28
Like  : 0
Vues : 256

Réponse postée 3 avril 2020 13:29

Je partage le sentiment précédent de surprise quand aux difficultés que vous rencontrez au bout de 2 factures impayés. Il arrive dans notre profession que les périodes d’inter-contrat soient bien plus longue que cela et il est donc important d'avoir un petit pécule de côté pour faire face.
De plus, que vous soyez en difficultés financières personnelle, je peux le comprendre. Mais que votre société soit au bord de la faillite ?!! A moins d'avoir des frais fixes réguliers important, je ne vois pas pourquoi vous vous retrouveriez en faillite.
Je vous souhaite de résoudre vos soucis au plus vite afin que vous puissiez passer à autre chose. Et "non opposable" signifie qu'elle ne peut vous contraindre. Si nous avons des lois sur le délai de paiement maximum, ce n'est pas pour pouvoir les contourner par un tour de passe-passe. Si le client final refuse de payer, il appartient à la SSII de se renseigner sur les raisons de ce refus (ou retard). Si ce n'est pas en lien avec la qualité de votre travail, il ne peuvent pas, à mon sens, se réfugier derrière cette clause pour vous faire courir pendant des années. Le problème est que pour faire valoir votre droit dans ce cas, un passage par la case tribunal est fortement probable.
Réponses  : 399
Like  : 0
Vues : 113

Réponse postée 30 mars 2020 07:36

Picasso4All a écrit :
KaziChoco a écrit : Je pense qui si choix il peut y avoir, alors en effet je privilégierai la baisse du temps de travail au TJM. Par contre, il faut être sur un poste qui le permet (si on a besoin de vous au quotidien, cette stratégie ne fonctionnera pas).
De plus, faut-il encore avoir la possibilité de proposer ce genre d'aménagement. Les coupes budgétaires ne se gère généralement pas consultant par consultant mais plus projet par projet. Si un projet est gelé ou abandonné, alors c'est l'ensemble des consultants sur ce projet qui passent à la trappe...
Actuellement je suis fortement incité par mon client à poser des jours, car l'activité a légèrement ralenti.
Cependant, le PMT pour l'année avait déjà été validé par ailleurs.
Donc je préfère facturer le maximum de jours et si le projet s'arrête, j'aurais gonglé ma tréso.
+1. Clairement pas le moment de poser des jours si on est pas forcé de le faire (impératif familial ou autre).
Réponses  : 399
Like  : 0
Vues : 113

Réponse postée 30 mars 2020 05:19

Je pense qui si choix il peut y avoir, alors en effet je privilégierai la baisse du temps de travail au TJM. Par contre, il faut être sur un poste qui le permet (si on a besoin de vous au quotidien, cette stratégie ne fonctionnera pas).
De plus, faut-il encore avoir la possibilité de proposer ce genre d'aménagement. Les coupes budgétaires ne se gère généralement pas consultant par consultant mais plus projet par projet. Si un projet est gelé ou abandonné, alors c'est l'ensemble des consultants sur ce projet qui passent à la trappe...
Réponses  : 399
Like  : 0
Vues : 113

Réponse postée 27 mars 2020 08:28

Djinn a écrit :
KaziChoco a écrit : B
1. la situation actuelle (le confinement) a été décidé par le gouvernement. Si certains en subisse les conséquences (perte de mission, baisse d'activité...), il me semble normal qu'ils soient compensé d'une manière ou d'une autre, indépendamment de la valeur de leur patrimoine.
C'est quand même un peu léger de dire que c'est le gouvernement qui l'a décidé et donc il doit assumer. Il aurait du faire quoi? Ne pas confiner et laisser les hôpitaux saturer ?

C'est pas le gouvernement qui a inventé le virus.

Je vois la situation actuelle comme un temps de guerre, je ne vois pas en quoi on devrait être "compensé". La richesse mondiale va baisser, c'est certain. Tout le monde sera impacté d'une manière ou d'une autre. Il faut serrer les dents. Le gouvernement nous aide et tant mieux, prenons ce que l'on peut prendre.

Le gouvernement fait beaucoup, mais de la à dire qu'il vous doit quelquechose ou qu'il doit assumer... Allez en parler aux pays africains ce qu'ils en pensent :/
Je me suis probablement mal exprimé. Mon point est de dire que la situation actuelle n'est pas du fait des consultants. Faire une distinction entre ceux qui ont les moyens de tenir et ceux qui ne l'ont pas pour décider d'une éventuelle indemnisation (ou "aide" si vous préférez) ne me semble pas correct.
Réponses  : 399
Like  : 0
Vues : 113

Réponse postée 26 mars 2020 12:09

Bonjour,

Je trouve le débat intéressant bien que la manière de le mener est très mauvaise...
A ce que je vois, la question de l'argent est toujours aussi problématique en France. Pour ma part, je ne vois pas en quoi souscrire à une aide à laquelle nous sommes éligible poserait souci. Si sans certain cas cela vous chagrine, je vous invite à adresser vos doléances au gouvernement afin qu'il révise ces critères d'attribution. Il ne nous appartient pas de combler ces lacunes.
De plus, je tiens à rappeler 2 choses importantes:
1. la situation actuelle (le confinement) a été décidé par le gouvernement. Si certains en subisse les conséquences (perte de mission, baisse d'activité...), il me semble normal qu'ils soient compensé d'une manière ou d'une autre, indépendamment de la valeur de leur patrimoine.
2. En règle générale, un patrimoine important induit des charges importantes. Ce que vous avez mit de côté depuis des années peut très bien fondre comme neige au soleil en un temps record (surtout en phase d'investissement). Demander ) bénéficier d'une aide de l'état afin d'amortir ces pertes est loin d'être illogique (à condition d'y être éligible, bien entendu).
Réponses  : 399
Like  : 0
Vues : 113

Réponse postée 24 mars 2020 07:42

Bonjour,

Concernant la baisse de CA de 70%, le confinement ayant été décrété le 16 mars au soir, cela fait 11 jours ouvrés hors confinement (du 1er au 16 inclut) et 11 jours ouvrés en confinement (17 au 31). Difficile de pouvoir justifier de 70% de baisse de CA dans ce cas vous ne trouvez pas ? (du moins, pour nos profession).
Réponses  : 399
Like  : 0
Vues : 113

Réponse postée 20 mars 2020 14:56

findus a écrit :
Pragmateek a écrit :
KaziChoco a écrit : la première étape est de s'assurer d'avoir un petit matelas de sécurité pour démarrer. Croire que l'on a une mission pour s'apercevoir deux jours plus tard que le client à changé d'avis, ça arrive dans notre profession. Penser que l'on peut démarrer en mode YOLO tant qu'on un accord pour une première mission, c'est à mon sens très léger...
Tout à fait, personnellement je n'avais pas énormément de cash mais je vivais chez mes parents donc j'étais bien backupé. :)
j'avais un crédit sur le dos, mais j'avais mis 6 mois de coté ...
Personnellement, je n'avais pas de mission quand j'ai quitté mon emploi (je n'en pouvais plus du salariat). Par contre, j'avais quasiment un an de salaire pour pouvoir tenir. Ça aide beaucoup à être serin dans sa recherche et ne pas sauter sur la première occasion pourri qui se présente. Quand je vois certain freelance commencer à stresser au bout de 2 jours de recherche infructueuse, je me demande bien pourquoi ils sont passé freelance.
Réponses  : 399
Like  : 0
Vues : 113

Réponse postée 20 mars 2020 11:14

Pragmateek a écrit :
KaziChoco a écrit : Aux nouveaux indépendants ayant des difficultés, je dirai "Welcome to freelancing !". Etre indépendant, c'est aussi des situations comme celle-ci (bon, peut-être pas la crise sanitaire, mais de longues période sans revenu, si). Voilà pourquoi il est important de bien se préparer et de mûrir sa réflexion.
Le défi quand on se lance en freelance c'est d'amorcer la pompe avec une/des mission(s) assez longue(s) pour commencer à faire du gras qui servira lors des périodes creuses; c'est là qu'est la plus grosse incertitude.
Donc compliqué pour ceux qui se sont lancés ces derniers mois voire semaine et qui ne tètent plus la pachamama étatique. :(
C'est sur que c'est difficile, mais pour moi, la première étape est de s'assurer d'avoir un petit matelas de sécurité pour démarrer. Croire que l'on a une mission pour s'apercevoir deux jours plus tard que le client à changé d'avis, ça arrive dans notre profession. Penser que l'on peut démarrer en mode YOLO tant qu'on un accord pour une première mission, c'est à mon sens très léger...
Réponses  : 399
Like  : 0
Vues : 113

Réponse postée 20 mars 2020 09:15

Bonjour à tous,

Je viens de lire le fil et dieu qu'il y a de belles perles 🤣 🤣 🤣
Je suis désolé d'apprendre que certains d'entre vous ont vu leur mission s'arrêter en raison de la crise sanitaire et je tiens à vous faire part de mon soutien. Les décisions prisent par les différentes DSI sont à mon sens précipités, et témoignent plus d'une "panique" économique ou du sous dimensionnement des infrastructures techniques ne pouvant faire face aux nouveaux modes de travail que de la simple application du principe de précaution, et je pense que (très) prochainement ces décisions vont leur revenir dans la figure quand l'activité redémarrera. Cette "crise" aura au moins eu pour effet de sensibiliser les DSI sur l'obligation d'avoir des infrastructures permettant le travail à distance, et de réduire les apprioris négatifs que ce mode de fonctionnement peut avoir en France (nous sommes très en retard sur ce point).
En ce qui concerne mon cas personnel, je suis très loin d'être à plaindre. J'ai eu 4 jours de chômage dont 2 prit en charge par le client final. Le travail à distance a pu être mis en place rapidement et je reprend mon activité aujourd'hui.
Maintenant, pour le reste, je me permet quelques commentaires (et désolé si cela parait violent):
- Aux cassandre de la fin du monde, VOTRE monde peut bien s'écrouler, mais sachez que le monde en général est bien plus grand que la circonférence de votre nombril. Oui, il y a crise sanitaire. Oui, il y a ralentissement économique. Mais rien de tout ça n'est nouveau. Je prédit que d'ici deux mois la crise sanitaire sera très largement sous contrôle, voir endigué, et que d'ici la fin de l'année l'activité économique repartira de plus belle.
- Sur le sujet de la crise sanitaire et des pertes humaines, d'un point de vu moral, c'est toujours triste et mes pensées vont aux familles des victimes. Mais d'un point de vu macro, c'est très peu; On est loin de la grippe espagnole et de ces millions de mort. Lorsque l'on voit le nombre de victime chaque année dûes aux cancer, accident de voiture, du travail, suicide... On est pas là à remettre en cause la solidité du système. Alors essayons de rester calme et composé.
- Sur les profiteurs, je ne doute pas que des personnes vont (encore) essayer de profiter des aides de l'état. Par contre, je me permet une réflexion: Est-ce que nos services de santé et autres auraient les mêmes difficultés si nous faisions preuve de civisme et n'essayions pas de profiter à tout prix du système ? Les impôts et cotisations sociales ne servent pas qu'à payer le salaire de nos représentant...
- Aux nouveaux indépendants ayant des difficultés, je dirai "Welcome to freelancing !". Etre indépendant, c'est aussi des situations comme celle-ci (bon, peut-être pas la crise sanitaire, mais de longues période sans revenu, si). Voilà pourquoi il est important de bien se préparer et de mûrir sa réflexion. Si la situation est trop compliqué pour vous, abandonnez votre projet et cherchez vous un CDI.

Désolé d'avoir fais aussi long.
Réponses  : 399
Like  : 0
Vues : 113

Réponse postée 13 mars 2020 15:59

Pour ma part, la plupart des prestataires du client chez qui je suis ont été mis au chômage technique à partir de lundi pour 3 semaines minimum.
Impossible de mettre en place le télétravail pour tous le monde en raison du risque de saturation du VPN. Le CA de mars va être ridicule...
Réponses  : 3
Like  : 0
Vues : 58

Réponse postée 27 février 2020 14:49

Faudrait-il encore qu'elle puisse le prouver...
Réponses  : 8
Like  : 0
Vues : 173

Réponse postée 25 février 2020 13:06

Bonjour,

Je ne me souviens plus précisement mais il me semble que lorsque je l'ai passé, le taux de réussite de ma "promo" était assez élevé; En plus, une personne avait raté le foundation au bout de trois jours et on l'a laissé le repassé le vendredi pour éviter qu'il n'ait payé pour rien.
Réponses  : 8
Like  : 0
Vues : 173

Réponse postée 25 février 2020 07:45

Bonjour,

J'ai aussi passé la certification Prince2 avec CertYou en presentiel et j'ai trouvé l'organisation, le formateur et tout le reste très bien. C'est vrai que c'est intensif et que cela nécessite une révision le soir pour mettre toutes les chances de notre côté, mais je ne regrette pas.
Forum : Vos projets
Réponses  : 67
Like  : 0
Vues : 735

Réponse postée 20 février 2020 15:32

Bonjour,

Probablement une offre en sous-traitance de deux ou trois niveaux.
Réponses  : 12
Like  : 0
Vues : 859

Réponse postée 5 février 2020 11:59

Bonjour,

J'en profite pour réitérer les propos cités auparavant. Ne vous concentrez pas sur votre TJM car celui-ci n'a aucune importance dans votre négociation salariale. Vous avez dit que des ESN concurrente étaient prête à vous offrir du 42-43K€, c'est cela qu'il faut mettre en avant dans votre négociation. Pour vous illustrer le non-sens complet de prendre en compte le TJM, dites que vous souhaitez aujourd'hui négocier votre salaire sur la base de votre TJM sur CETTE mission. Une fois celle-ci terminé t une autre trouvé, potentillement avec un TJM inférieure, seriez-vous prêt à baisser votre salaire ?
Réponses  : 5
Like  : 0
Vues : 54

Réponse postée 3 février 2020 09:17

Je rajouterai au éléments cités la "période"; Le mois de janvier est généralement le mois des budgets et des prévisions d'activités pour l'année. Le fait de ne pas avoir trop de contact maintenant peut aussi être dû à l'incertitude générale qui pèse sur le lancement des différents projets. Il faut juste s'armer d'un peu de patience.
Bon courage et bienvenue dans le monde freelance 🙂
Réponses  : 7
Like  : 0
Vues : 47

Réponse postée 17 janvier 2020 11:50

Bonjour,

Cette "confirmation de placement" vous oblige t-elle à quelque chose ?
S'il s'agit simplement de déclarer sur l'honeur que c'est bien cette société de placement qui vous a présenté l'opportunité, peut-être est-ce que cela servira à la facturation de commission à un tiers (ne connaissant pas les détail du montage, difficile de se prononcer).
Par contre, si vous vous engagez à quoi que ce soit, alors je vous invite à la prudence et à bien examiner les condiions d'application pour ne pas vous retrouver avec des obligations farfelues sans contrepartie.

Cordialement,
Réponses  : 137
Like  : 0
Vues : 3801

Réponse postée 15 janvier 2020 08:54

Hello,

J'ai personnelement acheté un bien dans une zone éligible au Pinel pour y vivre. Alors déjà parceque je voulais acheter dans le neuf (choix personnel), et même s'il n'y a pas d'avantage fical, il y a la possibilité de bénéficier du prêt à taux 0% en tant que primo accédant (économie de + ou - 20k€ dans mon cas sur les intérêts).
Réponses  : 36
Like  : 0
Vues : 348

Réponse postée 15 janvier 2020 08:43

Hello,

Alors oui, pour des raison de paix de l'esprit principalement, je préfère être propriétaire de ma résidence principale (sachant que je n'ai pas pour projet de déménager dans les années à venir).
J'ai en effet la possibilité d'épargner dans une AV et un PEA mais mon interrogation ets plus sur l'intérêt d'avoir deux types d'investissements distincts alors qu'il est possible de faire de la diversification avec chacun séparément.
Personnelement, je ne suis pas fan de l'investissement locatif car il y a pour moi beaucoup de travail pour dénicher les bonne opportunités et surtout un problème de liquidité en cas d'imprévu (mais cela n'est que ma vision).
Réponses  : 9
Like  : 0
Vues : 71

Réponse postée 15 janvier 2020 08:05

ça commence vraiment à faire réponse de robot...
Réponses  : 36
Like  : 0
Vues : 348

Réponse postée 14 janvier 2020 15:04

findus a écrit : indispensable à avoir :
- PEA
- Assurance Vie
- Immobilier
Indispensable ?! Hum... En fonction de la capacité d'épargne je suppose.
Pour ma part, j'ai ouvert mon contrat d'assurance vie il y a quelques mois seulement et je n'ai ni PEA ni "immobilier" (j'ai acquis ma résidence principale).
La prochaine étape sera probablement le PEA mais je vais devoir étudier la question pour voir si un contrat d'AV n'est pas suffisant à mon sens.
Réponses  : 9
Like  : 0
Vues : 69

Réponse postée 10 janvier 2020 13:11

3K par mois de frais forfaitaire ?!
Réponses  : 24
Like  : 0
Vues : 295

Réponse postée 8 janvier 2020 13:37

J vais tenter d'être un peu plus claire:
- Si vous êtes le seul consultant de votre boite chez ce client. Qu'il s'agit d'un potentiel très gros client. Que la mission ets très spécifique et demande des compétences d'expert. Que la localisation ou le contexte client rende l'attrait pour cette mission très faible pour les autres consultants => vous avez une chance que ça marche
- Si vous êteschz un client ou votre SSII à un contrat cadre avec plusieurs consultant. Que la relation commercial dure depuis longtemps. Que vous intervenez sur un périmètre où la compétence se trouve facilement et qu'il n'y a aucun frein à ce que quelqu'un vienne sur cette mission => on vous rira au nez

Voilà pourquoi je dis depuis plusieurs posts que nous n'avons pas beaucoup d'information, mais cela ne change rien à la finalité du sujet => demandez, et vous verrez.
Réponses  : 24
Like  : 0
Vues : 295

Réponse postée 8 janvier 2020 11:51

Membre-173871 a écrit : Les compétences sont bien a l'air du temps et effectivement le client à bcp de mal à recruter, et en plus comme c'est un projet from scratch bon courage au nouveau recru de comprendre l'appli le code sans une passation de compétences..

De plus elle n'aura pas bcp d'indemnité a payer vu sur je suis en période d'essai.
Justement cher ami. Vous êtes en période d'essai ! Cela fait combie de temps que vous êtes sur le projet ? 3 mois ? 6 mois ? Et vous vous sentez déjà indispensable et irremplaçable en trois coup de cuillère à pot...
(Je suis cynique de nature, mais là ça en devient risible).
Réponses  : 24
Like  : 0
Vues : 295

Réponse postée 8 janvier 2020 11:49

cifer a écrit : C'est testé et approuvé 🙂

Point de vue client ce n'est juste pas gérable pour la SSII.
la SSII a tout intérêt a avoir un prestation courte qui se termine bien pour remplacer derrière plutôt qu'une prestation courte qui se termine mal sans remplacement derrière.

C'est évident que le consultant a la main (en période d'essai ! sans impact financier pour la SSII)
=> Retournons le problème: pourquoi la SSII prendrais un risque vis-à-vis de son image client au lieu de signer un papier sans impact sur son résultat ? Faudrait vraiment être bête....
Pas gérable pour la SSII => Croyez bien que tout est gérable pour une SSII
Vous parlez du risque d'image de la SSII vis à vis du client, mais c'est bien là l'erreur que vous faites. Ce n'est pas la SSII qui décide de se séparer de notre ami. C'est notre ami qui décide de partir de son plein gré pour raison X ou Y. C'est la réputation de notre ami qui va en prendre un coup. La SSII va simplement pouvoir se retourner vers le client en disant "Nous sommes désolé. Nous pensions que c'était une personne fiable et digne de confiance. Nous ne pensions pas qu'il déciderait de nous trahir, et vous également, au bout de quelques mois pour quelques centimes en plus sur son bulletin de paie. Quel mercenaire !".
En apparté, nous faisons beaucoup de supposition sur la relation du client et de la SSII. Sans avoir plus d'information de la part de notre ami, nous alimentons ce fil dans le vide.
Réponses  : 24
Like  : 0
Vues : 295

Réponse postée 8 janvier 2020 11:38

Bonjour,

Je suis désolé si mon ton fait penser à une leçon de morale, ce n'est absolument pas mon intention. Ce n'est pas la pratique qui me brosse dans le mauvais sens du poile (comme je l'ai dit, rien ne vous empêche d'essayer et je vous souhaite que cela marche), mais le fait de faire autant de plan sur quelque chose qui à mon sens à 1/10000000 de marcher. Vous dites que si vous partez, la SSII sera en concurrence avec d'autres boite sur le poste, ce ne sera pas forcément le cas. J'ai vu plusieurs fois des annonces de départ faites au dernier moment, et la SSII du consultant qui partait avoir une période d'exclusivité sur la présentation des profiles (au bout de x profiles non retenu, on envoi l'appel d'offre aux autres sociétés). C'est pour ça que je pense que vous devriez vous concentrer sur votre projet de passer freelance. La situation que vous vivez n'a rien d'exceptionnelle et ne nécessite pas de mettre en place une stratégie de fou pour espérer avoir une rupture conventionnelle. Vous demandez, et vous verrez. Next subject.
Réponses  : 24
Like  : 0
Vues : 295

Réponse postée 8 janvier 2020 11:20

cifer a écrit :
KaziChoco a écrit : Bonjour,

Je vais vous donner mon point de vue en me plaçant du côté de la SSII:
Si vous souhaitez partir, et bien partez ! Penser que la SSII à un intérêt particulier à négocier avec vous une rupture conventionnelle est une utopie. Soit vous mettez fin à la période d'essai vous même pour partir rapidement, soit la SSII ne fera rien de son côté en attendant que celle-ci se termine et vous tiendra grâce à un préavis normal. Dans le cas ou vous mettez fin à la période d'essai, comme je l'ai dit précédemment, que vous préveniez le clint ou pas ne changera rien, vous passerai quoi qu'il arrive pour le consultant mercenaire qui veut se dégager de ses résponsabilités car il ets pas contant au bout de 6 mois et la SSII négociera avec lui pour trouver quelqu'un d'autre rapidement. Vous n'entrerai même pas en ligne de compte.
Un bon conseil: Si vous voulez vous lancer en freelance, mettez fin à votre période d'essai et concentrez vous sur la recherche de mission plut^ot que de vous voilez la face sur votre éventuel pouvoir de négociation...

Alors là pas du tout d'accord...

Pour un rupture conventionnelle classique (i.e.: hors période d'essaie) à la limite....

Mais pendant la période d'essai et en plus staffé, le rapport de force est clairement côté consultant:
1/ ça ne coûte rien a la SSII de rompre (a part le portage mutuelle / prévoyance): donc pourquoi ne pas le faire ?? EGO et espoir de vous garder staffé le plus longtemps possible.

Il suffit de leur sous entendre de manière feutrée que si ils ne veulent pas vous laisser partir, vous "arrêtez de travailler, vous ferez acte de présence" et que donc il faut mieux trouver une solution amiable: vous verrez ils feront la rupture (c'est une histoire d'ego, encore une fois ça ne leur coûte rien).
Là, c'est moi qui ne suis absolument pas d'accord. Vous supposez que la SSII n'a pas une armée méxicaine à disposition pour prendre le relais de notre ami si jamais il partait (nous ne connaissons pas la taille de la SSII, les compétences de notre ami et le contexte de la mission). De plus, vous pensez vraiment que s'il décidait d'arrêter de travailler (juste faire acte de présence comme vous dites) le client serait satisfait ? Il y a plus de risque que le client le sorte de mission et donc il n'y aurait plus aucune raison de négocier quoi que ce soit avec lui.
Encore une fois, penser qu'il y a une quelconque force de négociation dans ce cas de figure, c'est se voiler la face. Après, rien ne vous empêche de tenter le coup, mais préparez un plan de secours dérrière.

Au service des talents IT

Free-Work est une plateforme qui s'adresse à tous les professionnels des métiers de l'informatique.

Ses contenus et son jobboard IT sont mis à disposition 100% gratuitement pour les indépendants et les salariés du secteur.

Free-workers
Ressources
A propos
Espace recruteurs
2024 © Free-Work / AGSI SAS
Suivez-nous